Annexion sans masque ! Evelyn Hecht-Galinski Traduction : Christiane Reynaud

Commentaire du 20 mai 2020

 

Annexion sans masque !

Evelyn Hecht-Galinski

 

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/un-maskiert-in-die-annexion-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

 

En ce moment, il semble qu’il n’y ait que deux sujets « essentiels » aux informations télévisées et dans la presse : le coronavirus avec les manifestations anti-Corona et le football. En Allemagne, le pays le moins touché, on a l’impression que les protestations y sont le plus tapageuses et les plus efficaces. Comment se fait-il que quelques milliers de manifestants, parmi lesquels quelques radicaux et ésotériques, en réalité une infime minorité, mettent notre pays et certains services de sécurité en émoi ? Ne fournit-on pas aux agitateurs qui ont le sens des affaires et aux millionnaires de Youtube exactement ce qu’ils cherchent pour poursuivre leurs buts à la lumière des médias ? Pegida et l’AfD n’ont-elles pas commencé comme ça ? Sinon, comment ces extrémistes de droite se seraient-ils fait connaitre ? Quand les « citoyens du Reich », l’AfD et les néo-nazis infiltrent les manifestations de citoyens qui s’inquiètent de leurs droits fondamentaux et de la démocratie, on doit soutenir  ces derniers dans leur besoin de transparence et dans leur recherche du sens de certaines mesures gouvernementales. Seule la véracité crée la clarté et ce devrait être la force de la démocratie de la propager.

Il ne faut pas représenter les protestations contre les mesures anti-coronavirus comme « hostiles aux Juifs et antisémites » !

Ce qui devrait vraiment nous inquiéter, ce ne sont pas seulement les populistes qui veulent nous empêcher de porter des masques et de respecter les distances avec leurs fausses affirmations comme la « vaccination obligatoire » et autres idioties. Mais la protestation légitime ne doit pas être utilisée à mauvais escient comme une propagande bon marché par les extrémistes de droite. Cependant, il est inacceptable que le lobby pro-israélien tente de présenter les protestations comme „antisémites et antijuives“ afin de détourner l’attention du processus de la formation d’un nouveau « gouvernement d’urgence unifié » dans « l’État juif ». Jusqu’à présent, cela a assez bien réussi car les médias et les citoyens ne s’intéressent qu’accessoirement à ce qui se passe en Palestine et dans le monde. Il semble que le football soit devenu bien plus important que les sujets politiques. L’AfD a également réussi à faire la une des journaux avec ses querelles insupportables et elle croit vraiment se donner un air démocratique : le « brun » ressort  quand même.

Il est étonnant qu’il y ait de grands déploiements de police contre des manifestations en grande partie pacifiques alors qu’ils manquent cruellement dans beaucoup de villes allemandes, en particulier dans les nouveaux Länder ! Comment se peut-il que, par exemple dans le Brandebourg ou en Saxe, des hordes de néo-nazis et d’extrémistes de droite aient réussi à mettre des districts, des localités et des villages sous leur domination « brune », que des clubs sportifs soient infiltrés et que ni la police ni la politique ne bougent ? C’est une situation  que l’on peut observer depuis longtemps et qui s’est extrêmement aggravée. Si cela est encore de la démocratie, elle est là-bas vraiment au bout du rouleau.

La démocratie est depuis longtemps infiltrée par des lobbyistes puissants qui tentent de toutes leurs forces de faire valoir leurs intérêts. Et cela me ramène à mon sujet, la Palestine !

La collaboration avec Israël est pire que ce que l’on craignait

Quand les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont débattu et voulu se concerter pour arriver à une position commune sur l’annexion annoncée de territoires de la Cisjordanie palestinienne par Israël, le résultat a été pire que redouté.  L’UE a en effet publié une déclaration d’une abjection sans pareille. Elle compte sur un dialogue avec le nouveau gouvernement en Israël. Je me suis frotté les yeux : un dialogue après des décennies de vol de terres et d’innombrables crimes contre le droit international ? Ils « font le beau » et ne veulent pas condamner à l’avance ; Ils se réjouissent du nouveau gouvernement d’union avec lequel ils veulent volontiers coopérer, comme l’a dit un des ministres ! À quoi va ressembler la coopération de l’UE avec un gouvernement qui ne cache pas ses objectifs d’annexion ? Alors que la Russie, la Turquie, l’Iran et le Venezuela font l’objet de sanctions, en partie injustifiées. Israël jouit d’une impunité totale quand il viole le droit international.

Alors que « l’État juif », protégé par l’UE et la communauté internationale hypocrite, est en toute tranquillité épargné de sanctions, alors que la « solution à deux États » (toujours refusée par Israël) est enterrée et qu’un « État unitaire judéo-sioniste d’apartheid » est établi pour l’éternité, la politique et les médias se taisent. « L’Etat Juif » n’a jamais été un État « normal » car il a toujours pu établir son régime d’expansion en se référant à l’Holocauste et à la culpabilité internationale. Sinon, comment une expulsion si brutale et si effrénée et un nettoyage ethnique visant à chasser de leur patrie les autochtones de Palestine auraient-ils été possibles dès la fondation de l’Etat en 1948 ? Pourquoi permet-on encore aujourd’hui à Israël de refuser le droit légal au retour aux expulsés et aux réfugiés palestiniens ? Si « l’État juif » était un État « normal » comme les autres, tous ses crimes ne seraient pas impunis jusqu’à maintenant. Ce n’est que grâce au soutien international bienveillant et à l’impunité de cet « État juif » qu’il a pu étendre et consolider sa position dominante en violation du droit international. Où est la réaction appropriée à ces crimes ? Comment peut-on toujours compter sur un dialogue avec un régime qui n’a jamais caché ses objectifs ?

La bande de Gaza, soumise sous nos yeux depuis 13 ans à un blocus et un siège sioniste uniques au monde, avec de terribles attaques contre sa population sans défense, vivant, selon le rapport de l’ONU, dans des conditions insoutenables, est entre-temps condamnée à fabriquer des masques pour ses occupants juifs, afin de ne pas mourir de faim en ces temps de coronavirus. Quand il y a des informations sur cette région, ce ne sont pas les attaques militaires d’Israël que l’on met en avant mais toujours les « roquettes » du « Hamas militant islamique radical » qui, de toutes façons,  ne font pas de dégâts. Quelle couverture médiatique honteuse et partiale qui nie la souffrance des Palestiniens et souligne la « légitime défense » des sionistes, sans informer véridiquement sur les causes et les effets. Rien n’a été fait pour aider les habitants de cette bande de misère à se libérer de ce camp de concentration.

Il faut enfin imposer des sanctions à Israël !

Il ne suffit plus de critiquer modérément Israël, il faut imposer enfin des sanctions. Mais les Israéliens savent que l’UE, ce tigre de papier divisé et en désaccord, ne veut pas s’opposer à eux. Et que le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn compare la soi-disant « annexion » de la Crimée avec l’annexion réelle de la Cisjordanie, est plus qu’inopportun. Si l’annexion de la vallée du Jourdain avec les 128 colonies juives commence vraiment le 1er juillet et que cela reste sans conséquences pour le régime sioniste, l’UE aura définitivement perdu ses dernières valeurs et sa moralité, si toutefois elle les a vraiment eues un jour.

Ce nouveau vol de 30 à 40 % supplémentaires de la Cisjordanie est un point final à tous les efforts pacifiques pour une coexistence. Pendant combien de temps encore « les relations publiques » c.à.d. la propagande massive des lobbyistes pro-israéliens, peuvent-ils masquer leurs crimes en légitime défense pacifique » ? Combien de temps de tels crimes peuvent-ils encore être mis sous le boisseau si la communauté internationale continue à accepter le statut juif de victime comme justification ? C’est là le point capital. Le lobby parie sur ce joker et mise gros avec lui. Il n’y a qu’un seul espoir dans ce sombre pronostic : la solution d’un État unique, c’est-à-dire un seul État pour tous ses citoyens, pour toutes les ethnies et religions. Malheureusement, cela restera pour l’instant une illusion, car cette communauté européenne est devenue un sbire des États-Unis et de l’OTAN, contrairement à ce qu’on avait recherché lors de sa création.

Il est effrayant de constater à quel point les médias voient d’un œil non-critique la mise en place du nouveau « gouvernement d’union » israélien, trop grand, trop avide, trop cher, hypertrophié avec 36 ministres et 16 suppléants. La course aux postes a eu pour effet que la prestation de serment, plusieurs fois repoussée, n’a eu lieu que le 17 mai. C’est un cabinet de personnes partageant les mêmes idées, dirigé par un Premier ministre en passe d’être jugé pour corruption et un Premier ministre « alternant », l’ancien chef de l’opposition, chef de cabinet lors de la guerre de Gaza et actuel « ministre de la guerre » qui, tout comme Netanyahou, a sa place devant la Cour internationale de justice de La Haye plutôt que dans un gouvernement.

Traiter enfin « l’État juif » comme tout autre État !

Dans son discours inaugural, Netanyahou a déclaré : „Le moment est venu pour tous ceux qui croient en la légitimité de nos revendications en terre d’Israël ». L’UE devrait prendre cette phrase à cœur : « Le moment est venu de traiter « l’État juif  comme n’importe quel autre État ».

Il faut espérer que le roi Abdallah de Jordanie  qui a mis en garde contre les dangers  d’une annexion, agisse en conséquence si on en arrive là. La soi-disant paix avec la Jordanie et les relations mutuelles sont plus mauvaises que jamais. Tant qu’il n’y aura pas d’unité palestinienne, on ne pourra rien espérer de ce côté-là non plus.

Le 13 mai, lors de la visite du secrétaire d’État américain Pompeo à Jérusalem, Gantz s’est incliné très bas devant lui – une image d’une force symbolique effrayante.  Après que Pompeo ait rencontré tous les partenaires israéliens importants, du chef du Mossad au ministre des Affaires étrangères désigné, Gabi Ashkenazi, aussi pour faire avancer les projets nucléaires et les préparations de guerre ( ?), il a une fois de plus donné aux amis sionistes le feu vert pour leurs préparatifs d’annexion, qui seraient entièrement dans la « décision d’Israël ». Vendredi, il a en outre fait remarquer avec insistance à la Cour internationale de justice (CPI) qu’elle n’était pas qualifiée pour enquêter sur d’éventuels crimes israéliens contre les Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza.

Pas de pacte avec les provocateurs les plus dangereux de la chasse contre le BDS !

Il est aussi de circonstance que l’un des plus dangereux provocateurs de l’ancien gouvernement, Gilad Erdan, devienne le nouvel ambassadeur israélien aux États-Unis et auprès de l’ONU. En tant que ministre pour la Sécurité publique et partisan du renforcement de l’alliance avec le mouvement évangélique, il a été en 2016 à l’origine de la « loi Facebook » avec Ayelet Shahed, la fameuse ancienne ministre de la Justice et « amie de Heiko Maas » : cette loi permet à Israël de faire retirer sur Facebook et sur Google tout contenu estimé contraire aux intérêts de la « sécurité nationale » d’Israël.  C’est lui aussi qui, en 2017, a ordonné d’installer des caméras à l’entrée et à la sortie de la mosquée Al Aqsa, ce qui a pu être empêché après des protestations des Palestiniens. Et en 2018, il a appelé Israël à profiter du temps où Trump était au pouvoir pour annexer les colonies en Cisjordanie et exprimer « notre droit biblique au pays ».

En tant que futur ambassadeur à l’ONU, il a, par ces mots, également fait savoir qu’il ne respectait pas le droit international et l’opinion mondiale : „Nous disons au monde que ce que les nations disent au monde n’a pas d’importance“.

Erdan a initié la loi contre le mouvement BDS et contre la liberté d’expression qui a été approuvée par le Knesset avec 72 millions de dollars, avec la création d’une banque de données sur les partisans du BDS, une liste noire de 20 organisations, officiellement frappés d’une interdiction d’entrée en Israël. Il a réussi à mettre en place des lois anti-BDS dans 27 États américains et est à l’origine de la campagne de diffamation contre des personnes et des organisations, accompagnée d’une ingérence croissante d’Israël dans la politique américaine et européenne dans le but de délégitimer le mouvement BDS et de le dénigrer comme étant antisémite.

Le défaillance minable doit prendre fin !

Alors que ce „gouvernement national d’urgence“ avec Netanyahou a levé le masque et entraine  ouvertement le « peuple juif » dans l’annexion et la judaïsation éternelle de la Palestine, la Communauté européenne mise sur le dialogue et une coopération constructive. Peut-on encore parler de valeurs européennes devant une défaillance aussi minable ?

 

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: