Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Apres cette campagne electorale hypocrite, que l`heuere de la verite arrive Evelyn hecht-Galinski Traduction Chrisitiane Reynaud

Après cette campagne électorale hypocrite, que l’heure de la vérité arrive !

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 27 septembre 2017

Texte original :

Nach der Verlogenheit im Wahlkampf, möge die Stunde der Wahrheit kommen!

Traduction : Christiane Reynaud

 

Après cette campagne électorale des populistes de droite et des militants racistes, soutenus par des partisans de tous les partis ainsi que par certains responsables juifs qui accusaient parfois en bloc les réfugiés musulmans, les organisations et les communautés musulmanes d’être antisémites et de ne pas connaître le système de valeurs occidentales, on peut dire que nous avons eu une campagne qui avait enfin son ennemi désigné et qui a pu détourner l’attention des problèmes qui n’ont pas de réponses et encore moins de solutions !

 

En effet, j’ai été un peu surprise à l’issue des élections, cependant pas par les résultats mais par les réactions !

 

Nous avons une chancelière chrétienne-démocrate imbue de sa personne qui semble encore contente d’elle après avoir perdu 8,6 % des voix ; elle n’a pas pu « éliminer complètement » les soucis des gens, mais elle veut malgré tout accepter le mandat de former le gouvernement : et voilà la « mante religieuse » à nouveau dans son élément ! Le président de l’Union chrétienne-sociale (CSU) critique, après le résultat désastreux de 38,7 % en Bavière, que l’Union ait laissé une brèche ouverte « sur le côté droit ». Le « pire candidat à la Chancellerie » Schulz veut rester en tout cas président du parti social-démocrate (SPD) mais veut conduire le SPD dans l’opposition en tant que force principale. Le dirigeant du parti libéral-démocrate (FDP) Lindner fait valoir des exigences fondamentales pour une adhésion à la coalition, et voilà, nous avons le FDP à nouveau dans son élément en tant que « parti pour la réduction des impôts ». Je suis plus que surprise par l’hypocrisie du candidat principal des Verts Özdemir pour les conditions qu’il réclame concernant la préservation du climat, la justice et la lutte contre le racisme. Ne sont-ce pas justement les Verts qui décrient constamment la Russie et la Turquie ? C’est pourquoi je suis étonnée que les Verts arrivent encore à 8,9 % et je leur aurais souhaité moins de 5 % comme revanche pour leurs campagnes de dénigrement et leur « éco-terrorisme ».La Gauche qui a atteint 9,1 %, donc juste un peu plus que les Verts, n’a pratiquement pas été interrogée. Mais quand le faux-jeton Gauland, le nouveau héros des racistes d’extrême-droite en tant que troisième nouvelle force au Parlement fédéral avec 13 % des voix, a menacé Merkel et le futur gouvernement fédéral de les « chasser » et qu’il veut « reprendre » notre peuple et notre pays, la battue a été lancée ! La présidente du parti Petry ne veut plus faire partie du groupe parlementaire de l’AfD et provoqua par là un scandale,  il reste alors à souhaiter que ce parti s’entre-déchire et qu’il aura plus à faire de chasser ses propres collègues qu’à chasser au sein du parlement.

 

Ce qui nous attend n’est pas vraiment rassurant. Nous en avons eu un aperçu lors du « grand débat » sur les chaînes ARD et ZDF quand les perdants arrogants et de mauvaise humeur et les soi-disant vainqueurs des élections se sont mutuellement coupé la parole. Mais les médias devraient justement se demander pourquoi ils ont mis l’AfD si en évidence en faisant connaître Gauland et d’autres représentants de ce parti par des interviews et des apparitions en public permanentes.

 

Aucun parti n’a réussi à atteindre les citoyens, à aborder leur soucis, leurs craintes et leurs problèmes depuis la pénurie de logements, les réfugiés, les retraites et les caisses d’assurance maladie jusqu’à la future course à l’armement au détriment des dépenses sociales si nécessaires et de la paix sociale parce qu’ils se sont trop occupés de la politique extérieure en dénigrant Poutine et Erdogan de sorte que Netanyahou pouvait rester tranquille chez lui, coloniser et faire du nettoyage ethnique sans être dérangé.

 

Tous ces candidats pour une coalition sont tellement divisés qu’on ne peut pas prévoir quels seront les résultats des négociations. Nous n’avons encore jamais vu ça jusqu’à présent. Combien de temps cette Chancelière dont le « Crépuscule des dieux » a commencé, va encore tenir avec son « Continuons comme ça » est incertain.

 

Cela me ramène à mon sujet principal, l’hypocrisie de la politique étrangère allemande en ce qui concerne la Palestine !

 

Ce sont les déclarations choquantes du candidat du SPD à la Chancellerie Schulz qui m’ont indignée lors du « débat télévisé pour la Chancellerie » au sujet des réfugiés palestiniens : Il y a par exemple des jeunes Palestiniens qui viennent chez nous qui ont été éduqués avec un antisémitisme profond. À ceux-là, on doit leur dire clairement « dans ce pays tu n’auras une place que si tu acceptes que l’Allemagne est un pays qui protège Israël et que la sécurité de « l’État Juif » est notre raison d’État ».

C’est vraiment une honte qu’un candidat du SPD fasse une campagne électorale si mesquine sur le dos d’un peuple expulsé et occupé illégalement. Si c’est la conception de la justice du SPD, alors ça va être ta fête, Allemagne ! Peut-être que ce parti se ravisera et se réorientera !

 

Schulz m’a profondément offensée, moi qui me bat pour la liberté de la Palestine et des Palestiniens et donc je refuse au SPD et à ce candidat mon soutien et je ne suis pas la seule !

 

Il en est de même des organisations juives qui mettent en garde contre « la haine des Juifs importée par des immigrés musulmans », et donc qui attisent un soupçon généralisé contre les immigrés musulmans ! C’est une chose que le président du Conseil Central Schuster a oubliée lorsqu’il a accordé une interview au Tagesspiegel le 24 septembre sur laquelle je voudrais revenir plus en détail. Lorsqu’on lui a posé la première question, comment il se sentait après la victoire électorale de l’AfD, il a répondu qu’il ne s’attendait pas à ce score à deux chiffres.

 

Vraiment, vous ne vous y êtes pas attendu, M. Schuster ? Pourtant de nombreux citoyens juifs sympathisent avec l’AfD et votent pour ce parti ; dans ma circonscription, dans le Bade-Wurtemberg, un ancien représentant de la communauté juive s’est même présenté comme candidat direct de l’AfD. A la deuxième question, à savoir ce qui « dérange » Schuster chez l’AfD, il répondit bel et bien que ce parti décrie les minorités, « principalement les Musulmans » mais qu’il a peur que cela pourrait frapper aussi les Juifs ! J’en ai été soufflée. N’était-ce pas justement le Conseil Central, M. Schuster, et d’autres organisations juives qui décrient sans cesse le soi-disant dangereux antisémitisme que les réfugiés nous amènent ? Quelle hypocrisie !

 

À la troisième question sur le passé particulier de l’Allemagne Schuster répondit qu’il estimait que beaucoup de personnes n’avaient plus de scrupules à faire des déclarations discriminatoires, racistes ou antisémites, en particulier sur internet. C’est vrai, bien sûr, mais en particulier Schuster devrait se demander quel cas il fait, lui, de la liberté d’expression et des déclarations discriminatoires ?

 

Et après il en rajoute sur « l’antisémitisme latent ». Schuster a eu l’impertinence de répondre à la question sur l’augmentation des délits antisémites qu’il ne s’agissait pas tant de menace physique mais que l’antisémitisme s’exprimait dans l’antisionisme et la critique d’Israël alors qu’en réalité on voulait dire les Juifs. Prié d’approfondir, il répondit que quand on attaque Israël en général et de façon diffamatoire, il était clair contre qui cela était dirigé et quand « le droit d’exister «  était même remis en question, alors la ligne rouge était dépassée. Il condescendit qu’on avait « naturellement » le droit de critiquer le gouvernement israélien.

 

Là, M. Schuster a délibérément confondu quelque chose. Critiquer „l’État Juif“ pour sa politique de colonisation et d’occupation illégale n’est pas de l’antisémitisme caché et les antisionistes déclarés ne sont pas des antisémites. La ligne rouge a été franchie depuis longtemps avec un Conseil Central des Juifs d’Allemagne qui exerce un lobbying agressif en faveur de « l’État Juif » et de sa politique, ce qui se répercute, comme c’est le cas actuellement, chez les partis et les médias !

 

L’inévitable question sur les « no-go zones », comme soi-disant Berlin-Neukölln pour les Juifs, reçut comme toujours la réponse stéréotypée avec une prétendue attaque contre un rabbin qui reste jusqu’à présent non éclaircie. (Pourquoi donc y vivent plus de 20.000 citoyens israéliens juifs?). Cependant, même Schuster n’a pas pu constater un grand danger qui émanerait des réfugiés musulmans. Mais il fabula quand même sur le danger des « préjugés antisémites » que les chaînes de télévision arabes répandent dans les salles de séjour. Suivirent ses conseils comment l’État allemand devrait réagir pour mettre les réfugiés sur le bon chemin.

 

J’ai du mal à supporter les inepties de ce président : transmission de connaissances sur la Shoah et « l’État Juif » et « déclarations antisémites ». Ce que Schuster entend par « déclarations antisémites » est bien connu : d’après lui tout critique d’Israël est un antisémite ! Il a vite ajouté qu’il ne voulait pas diffamer les Musulmans et les réfugiés mais qu’il voulait pouvoir aborder ces « problèmes » et réagir juridiquement plus vite. Monsieur Schuster, nous qui soutenons les Musulmans et la liberté pour la Palestine savons très bien ce que vous voulez : vous voulez, comme cela a été le cas dernièrement pour la « définition de l’antisémitisme », incriminer la critique légitime d’Israël comme antisémitisme et en plus introniser le « philosémite antisémite » Volker Beck der Verts en tant que « commissaire pour l’antisémitisme » auprès du gouvernement fédéral ! Ce lobbying pour « l’État Juif » vise à restreindre la liberté d’expression en Allemagne.

 

Quand Schuster préconisait en plus un plafond pour le nombre de réfugiés, comme il l’a déjà fait mais ne veut plus rien en savoir, des sanctions plus sévères ainsi que de la dissuasion pour les refugiés qui ne satisfont pas à ses critères, alors la coupe est pleine. Il se mêle d’un débat avec des arguments presque identiques à ceux de l’AfD.

http://www.tagesspiegel.de/politik/zentralratspraesident-josef-schuster-es-koennte-sehr-wohl-auch-juden-treffen/20368036.html

 

La conclusion de cette interview du plus haut responsable des Juifs en Allemagne devrait laisser à penser à tous les citoyens juifs. Le Conseil Central est en train de participer activement à la division qui est justement poursuivie par certains partis. Certes, l’intégration est un sujet difficile mais pourquoi Schuster ne s’occupe-t-il pas des conditions dans sa « terre promise » où des demandeurs d’asile sont incarcérés dans des prisons spéciales et attendent d’être expulsés sans procès ?

 

Pourquoi ne critique-t-il pas le vandalisme et la destruction de nombreuses mosquées et églises – 53, rien que depuis 2009 –  dans « l’État Juif » devant lesquels le régime raciste de Netanyahou ferme les yeux et ne porte pas plainte tant qu’il ne s’agit pas de synagogues ?!

https://www.haaretz.com/opinion/editorial/1.813955

 

Que dit le Conseil Central au sujet de l’expulsion des Bédouins de leurs terres, des milliers de Palestiniens emprisonnés et de la politique de colonisation qui atteint actuellement un niveau sans précédent ?

https://www.alternet.org/israel-umm-al-hiran-demolish-homes-palestinians

 

Je pose la question à Monsieur Schuster : Israël existe mais sans frontières définies ; un tel État d’apartheid et d’occupation a-t-il vraiment le droit d’exister ? Comment pouvez-vous, sans empathie pour les persécutés, faire preuve de solidarité avec cet État occupant et exiger également la solidarité des partis et des politiciens allemands, et même des réfugiés, à qui on ne peut sûrement pas faire comprendre qu’il est possible de soutenir un État qui détient deux millions de Palestiniens dans le camp de concentration de Gaza et, depuis de nombreuses décennies, trois millions de Palestiniens sous occupation illégale d’un régime d’occupation juif barbare ? Vous, en tant que médecin, devriez particulièrement faire preuve de sentiment à cet égard, malheureusement il semble que vous en manquez. Qu’en est-il du refus au droit légal de retour pour les Palestiniens expulsés de leur pays alors que les Juifs peuvent « retourner » dans leur pays « donné par Dieu » ? Ce que vous, en tant que Président du Conseil Central, et toutes les organisations juives avez fait, n’a pas été très utile et a aidé à empoisonner le climat politique. Les partis et les politiciens allemands font de la lèche au lobby israélien et compromettent non seulement la liberté d’expression mais aussi le consensus et la coexistence pacifique.

 

Je suppose que la plupart des 70 000 Palestiniens (sur 200 000) avec un passeport allemand et les 1,4 million de Turcs (sur 2,9 millions) avec un passeport allemand ont voté en personnes conscientes de leurs responsabilités.

 

D’ailleurs pourquoi « l’État Juif » en particulier et le régime de Netanyahou ne prennent-ils pas le succès de l’AfD aux élections et son entrée au Parlement fédéral en considération, alors que la Droite nationale (l’extrême-droite) israélienne entretient depuis des années de si bons contacts avec des membres de l’AfD et d’autres partis d’extrême-droite européens ? Les « partisans d’Israël », les citoyens juifs et leurs représentants devraient s’inquiéter du fait que justement dans « l’État Juif » on mène une politique avec l’extrémisme de droite comme raison d’État !

http://www.fr.de/politik/bundestagswahl/bundestagswahl-israel-ignoriert-afd-wahlerfolg-a-1357501

 

Peut-on encore se sentir à l’aise dans cette Allemagne après cette campagne électorale hypocrite? Que l’heure de la vérité arrive!

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: