Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

La croix et la banniere Avec les valeurs! Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

La croix et la bannière avec les valeurs communes !

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 2 mai 2018

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/das-kreuz-mit-dem-kreuz-und-den-gemeinsamen-werten-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

Il faut savoir gré au président de la Conférence épiscopale allemande, le cardinal Marx, de ne pas courber l’échine devant les politiciens de l’Union chrétienne-sociale (CSU) qui abusent de la croix pour gagner une campagne électorale minable en Bavière. Le cardinal Marx a critiqué l’action du Premier ministre bavarois Söder d’imposer le crucifix dans les bâtiments publics : « la croix ne se laisse pas imposer par décret ». Ce décret n’apporte que « division, agitation et confrontation ». Si la croix n’est considérée que comme un symbole culturel, elle serait alors expropriée au nom de l’État. Le président du Conseil de l’Église protestante, Heinrich Bedford Strohm a également souligné que la croix était tout d’abord un « symbole religieux » et que quiconque accapare le christianisme pour légitimer ses propres buts n’a pas compris le message de la croix.                                                                                      https://www.tagesschau.de/inland/bayern-kreuz-debatte-101.html

Les deux représentants des Églises l’avaient compris lorsqu’ils ont visité en 2016 la Mosquée A-Aksa à l’Esplanade des Mosquées et le Mur des Lamentations juif et qu’ils ont retiré leur croix. Déjà à l’époque, il fallait savoir gré à Bedford-Strohm qu’après avoir été massivement critiqué en Allemagne, il fit remarquer qu’il ne se laisserait pas abuser pour une guerre culturelle ; il critiqua la couverture médiatique qui avait omis de mentionner qu’il n’avait pas porté non plus la croix au Mur des Lamentations. « On fait de ce geste une mise en scène de guerre culturelle pour montrer que l’islam est soi-disant intolérant. Pourquoi n’a-t-on pas mentionné dans les médias que les deux représentants religieux avaient demandé de ne pas porter la croix pour ne pas provoquer ? » https://www.domradio.de/themen/%C3%B6kumene/2016-12-11/kardinal-marx-aeussert-sich-zum-tempelberg-besuch?page=6

Guerre culturelle contre les Musulmans et l’islam

Aujourd’hui en 2018, nous assistons à une guerre culturelle spécifiquement dirigée contre les Musulmans et contre l’islam. Accrocher des croix sur les murs des bâtiments publics, des écoles et des tribunaux, c’est enfreindre la liberté de religion garantie par la Loi fondamentale. Il s’agit en réalité d’institutions gouvernementales qui doivent rester « libres de croix » an tant que rempart contre un accaparement par la religion. https://www.focus.de/politik/experten/gastbeitrag-von-michael-theurer-soeder-csu-will-kreuz-fuer-wahlkampf-instrumentalisieren-eine-ungeheure-blasphemie_id_8835874.html

Une référence à Dieu comme dans le préambule de la Loi fondamentale est-elle encore d’actualité ? Répond-elle encore aux exigences qui garantissent une coexistence pacifique de la société actuelle ? Pourquoi doit-on se référer à Dieu dans la Loi fondamentale ? Le texte dit : « Conscient de sa responsabilité devant Dieu et devant les hommes, …..le peuple allemand s’est donné la présente Loi fondamentale en vertu de son pouvoir constituant ». Pourquoi cette référence à Dieu dans la Loi fondamentale, car elle contribue à l’exclusion des non-croyants ? Je pense aux offices œcuméniques avant les congrès de parti ou les manifestations officielles gouvernementales : il y a toujours des exclus et cela n’est certainement pas dans l’esprit des pères fondateurs de la Constitution. L’article 1 de la Loi fondamentale « La dignité de l’être humain est intangible » ne suffit-il pas pour rendre notre vision du monde et notre coexistence démocratiques ?

 Mais je trouve insupportable que des politiciens ou des médias se sentent obligés de récupérer cette phrase simple et indivisible pour eux-mêmes et pour le christianisme. Que signifie « un pays qui porte l’empreinte du christianisme ou du judéo-christianisme » (ce qui n’existait  pas avant 1945) ? Que signifie « identité chrétienne » ou, comme l’a dit une fois la Chancelière Merkel, « la vision chrétienne de l’homme » sans laquelle on n’a rien à faire à la CDU ? Qu’est-ce que ces expressions ont à voir avec la coexistence pacifique ? Ne sont-elles pas contraires au statut de neutralité ?                                                                                                                     http://www.faz.net/aktuell/politik/inland/cdu-merkel-christliches-menschenbild-bleibt-leitbild-1303759.html

Il est temps de se défendre contre l’instrumentalisation de la croix, de l’étoile de David et de la kippa. Ce qui s’est passé jeudi dans l’hystérie de l’antisémitisme attisée par le Conseil central des Juifs et son président Schuster en tant que campagne concertée de diversion, est un exemple grave de la façon avec laquelle le lobby israélien réussit à tromper et à manipuler le public avec l’aide des médias dominants. Quelle absurdité de porter la kippa pour manifester contre un soi-disant antisémitisme et pour se solidariser avec la communauté juive qui se sent menacée. Des dirigeants politiques – du maire de Berlin Müller jusqu’au Vert Özdemir qui diabolise Erdoğan et l’organisation Ditib – étaient tout de suite présents pour faire parler d’eux.                                                                                    http://www.faz.net/aktuell/politik/inland/berlin-traegt-kippa-2000-menschen-demonstrieren-gegen-antisemitismus-15560731.html

https://www.tagesschau.de/inland/antisemitismus-kundgebungen-berlin-101.html

« L’État juif » dans son rôle de victime « élue »

C’était un exemple révélateur de la façon dont on peut mettre des campagnes en scène en très peu de temps. Le nouveau commissaire à l’antisémitisme du gouvernement fédéral Felix Klein est passé maitre, avant même son entrée en fonction, dans l’art de mettre l’antisémitisme au premier rang alors qu’il y a des problèmes beaucoup plus brûlants comme les attaques contre les mosquées, les foyers pour réfugiés et la haine de l’islam. Mais on aurait eu besoin pour cela d’un commissaire au racisme qui devrait s’occuper de tout l’éventail de haine. Bien sûr, ce n’est pas ce que veulent les institutions juives qui ne souhaitent qu’une chose : mettre l’accent sur leur souffrance « unique » en tant que victimes « élues ». https://www.tagesspiegel.de/politik/felix-klein-antisemitismus-beauftragter-will-meldestellen-fuer-uebergriffe-auf-juden/21225326.html

Quand l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) lance une campagne, le Conseil central des juifs applaudit et soutient la demande d’expulsion des « antisémites musulmans ». Quand la secrétaire générale du Parti libéral-démocrate Nicola Beer et le président de la Junge Union, membre de la CDU et membre du Parlement allemand Paul Ziemiak exigent dans le journal Bild de Springer l’expulsion des « antisémites musulmans » et considèrent « l’antisémitisme » comme une raison d’expulsion, alors la coupe est pleine : cela me rappelle beaucoup les temps sombres de l’Histoire ! Etouffons le mal dans l’œuf !                                            http://carsten-huetter.de/gut-so-zentralrat-der-juden-fordert-ausweisung-antisemitischer-muslime/

https://www.focus.de/politik/deutschland/geltendes-gesetz-juden-zentralrat-will-antisemitische-migranten-per-gesetz-ausweisen-dabei-geht-das-laengst_id_8738756.html

https://presse-augsburg.de/presse/fdp-generalsekretaerin-sieht-antisemitismus-als-abschiebungsgrund/229874/

Le chercheur berlinois sur l’antisémitisme Wolfgang Benz a eu une réaction positive et a mis en garde contre une représentation exagérée de l’antisémitisme en Allemagne. « La science dit qu’il n’y a pas de croissance » et qu’il n’y a pas non plus de « nouvel » antisémitisme en Allemagne. « C’est un vieux résidu dans la société ». En ce qui concerne les réfugiés musulmans, Benz a déclaré dans une interview de la station de radio Bayerischer Rundfunk : « C’est trop facile de détourner l’attention de l’antisémitisme allemand d’origine interne en pointant du doigt sur les autres ».                                         https://www.br.de/nachrichten/wolfgang-benz-antisemitismus-geaechtet-wie-in-keiner-anderen-gesellschaft-100.html

C’est précisément ce que le lobby israélien et ses représentants juifs, les fonctionnaires, savent faire. Qui parle encore des massacres à Gaza et des frappes aériennes sur des États souverains quand il y a de l’antisémitisme ?                                                     https://www.trtworld.com/mea/israeli-army-kills-at-least-4-protesters-in-gaza-wounds-over-600-17046

Déformation de la réalité

Le 30 avril, le journal F.A.Z a publié une interview avec la ministre israélienne d’extrême-droite de la Justice, Ayelet Shaked, dans laquelle elle a pu laisser libre cours à sa propagande mensongère, pratiquement sans contradiction de la part de l’intervieweur. On lui demanda si elle trouvait justifiée l’intervention de tireurs d’élite à la frontière de Gaza, comme cela s’est produit jusqu’à présent, Shaked a répondu qu’il n’y avait pas de justification pour le terrorisme et a détourné l’attention sur le Hamas qui utilise soi-disant les civils comme boucliers humains. C’était un exemple de déformation de la réalité comme souvent déjà auparavant.                                                                                                                                                                                                                   http://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/israels-justizministerin-wir-sehen-nicht-zu-wie-iran-syrien-uebernimmt-15566581.html

A ce sujet aussi, l’actuelle prise de position d’Amnesty International sur Gaza :                                                                                     

https://www.amnesty.org/en/latest/news/2018/04/israel-arms-embargo-needed-as-military-unlawfully-kills-and-maims-gaza-protesters/

On peut bien imaginer pourquoi le ministre de la guerre Lieberman refuse une enquête indépendante. La où les tireurs d’élite tirent sur les journalistes palestiniens, il y a des blessures comparables à celles du génocide de Gaza en 2014. Nous assistons en effet actuellement à un bourrage de crâne pour détourner l’attention des vrais problèmes. En ce moment, des Palestiniens innocents sont assassinés dans la bande de Gaza bouclée. On déplore déjà plus de 44 personnes assassinées et environ 6500 blessés graves, mais il faut compter avec une augmentation quotidienne des chiffres. https://electronicintifada.net/content/israeli-snipers-targeting-journalists-gaza/24081

http://daysofpalestine.com/post/11093/report-90-of-palestinian-journalists-subjected-to-work-related-violations

https://www.palestinechronicle.com/gaza-medics-describe-horrific-injuries-at-border/

Le Parlement allemand et les politiciens ne trouvent toutefois rien de mieux à faire que de débattre sur le « droit d’exister non négociable de l’État juif » et de fêter la fondation de l’État il y a 70 ans, aux dépens des Palestiniens. Cependant, dans cette incroyable célébration du Parlement pour « l’État juif » on oublia complètement de mentionner qu’il a été construit sur l’occupation et la colonisation illégales, le vol des terres et la Nakba, la catastrophe, l’expulsion des Palestiniens.

Toujours prêt à attaquer d’autres États souverains

Il faut donc à nouveau se poser la question : comment tous les partis au Parlement peuvent-ils propager ce droit d’exister « non négociable » et vanter la raison d’État allemande pour la sécurité de « l’État juif » mais omettre d’assumer les conséquences réelles qui peuvent en résulter ? En cas de coup dur, comme on peut bientôt le craindre, les soldats allemands pourraient avoir à affronter « la plus morale de toutes les armées de défense ». En effet, cet « État juif » sans constitution ni frontières est toujours prêt à agresser d’autres États souverains. Tout porte aussi à croire qu’Israël veut et va déclencher une guerre contre l’Iran. Israël fait tout ce qu’il peut pour diaboliser l’Iran et convaincre Trump de donner le feu vert à une campagne militaire. Les préparatifs sont déjà en cours, si on est attentif aux signaux qui rappellent trop bien la fausse propagande qui a mené à la guerre en Iraq. Nous sommes tous témoins comment Netanyahou joue sans vergogne au Colin Powell ! http://www.spiegel.de/politik/ausland/israel-wirft-iran-geheimes-atomwaffenprogramm-vor-a-1205621.html

http://www.deutschlandfunk.de/israel-netanjahu-iran-strebt-weiter-nach-atomwaffen.1939.de.html?drn:news_id=877687

Quand j’ai vu la retransmission télévisée de cette honteuse session du Parlement, j’ai compris qu’en Allemagne que tout était peine perdue quand il s’agit de « l’État juif ». J’avais déjà publié en 2010 un commentaire sous le titre « Die Scheimspur der Unterwürfigkeit zieht sich durch alle Parteien » (La trace de bave de la soumission s’étend à travers tous les partis). Entre-temps huit années se sont écoulées et la trace de bave est devenue un tsunami judéophile. https://rotefahne.eu/2010/02/zionismus-skandal-schleimspur-der-unterwuerfigkeit-zieht-sich-durch-alle-parteien/

Déjà en voyant chez certains députés le « ruban de l’amitié » au revers du veston et quelques porteurs de kippa, j’ai pu deviner la tendance. Comme j’aurais aimé voir un foulard palestinien au Parlement ! Ce qui commença par un débat pour une décision commune et fut adopté avec une large majorité de l’Union, du SPD, AfD( !), FDP et Alliance 90/Les Verts contre l’abstention de La Gauche, a été une « preuve d’amour » servile pour « l’État juif » : malgré l’occupation illégale et la violation du droit international, le gouvernement fédéral est appelé à « maintenir, approfondir, développer et promouvoir les relations et les liens politiques exceptionnels entre l’Allemagne et Israël » et à s’engager activement pour l’existence et les « intérêts sécuritaires » légitimes » de cet État occupant Israël. Le gouvernement fédéral doit protéger et promouvoir la vie juive renaissante et combattre l’antisémitisme par tous les moyens de l’État de droit démocratique. https://www.welt.de/politik/deutschland/article175863074/70-Jahre-Israel-Bundestag-debattiert-ueber-juedischen-Staat.html

https://www.bundestag.de/dokumente/textarchiv/2018/kw17-de-israel/551102

Journée noire pour les droits de l’homme et le droit international

Ce fut une tragédie judéophile de tous les partis aux dépens des Palestiniens qui vivent depuis des décennies sous occupation israélienne et des Musulmans, avec des acteurs comme la sociale-démocrate Nahles, le chrétien-démocrate Kauder, le libéral-démocrate Graf Lambsdorff, Bartsch de La Gauche, Storch de l’AfD et la non-inscrite Frauke Petri qui s’investit de façon particulièrement répugnante et soumise pour le « peuple élu » et lui concéda le droit de coloniser la Judée et la Samarie – donc la Palestine occupée -. Ce fut une journée noire pour les droits de l’homme et le droit international. Quand il s’agit de « l’État juif » ces droits ne sont pas des problèmes au Parlement. C’est toujours le « petit pays encerclé par des ennemis » qui ne veut que vivre en paix et n’agit que par autodéfense.

C’est donc la croix et la bannière avec les valeurs communes. Ne l’oublions jamais : la dignité humaine est intangible. Et il en va de même pour nos valeurs qui ne doivent pas être basées sur des valeurs chrétiennes, juives ou musulmanes mais sur celles du respect et de la tolérance, sans aucune instrumentalisation de la croix, de l’étoile de David et de la kippa !

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: