Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

La politique des artisans de paix“ hypocrites allemand Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

La politique des „artisans de paix“ hypocrites allemands

 

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 9 janvier 2019

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/die-politik-der-verlogenenen-friedensstifter/

Traduction : Christiane Reynaud

 

 

Lundi, après avoir lu l’interview du ministre allemand des Affaires étrangères Maas dans le journal Badische Zeitung, j’ai eu du mal à me calmer. Comment ce ministre du SPD qui était entré en politique à cause d’Auschwitz peut-il mentir avec autant d’hypocrisie sur le rôle de l’Allemagne au sujet des livraisons d’armement et des opérations militaires à l’étranger ? Lui qui ne tient pas compte des génocides au Yémen et à Gaza, soutient la politique de la Grande coalition qui n’a pas son pareil dans « l’hypocrisie des valeurs » judéo-chrétiennes.

 

On sentait littéralement la fierté gonfler sa poitrine quand il pérorait sur le nouveau rôle que l’Allemagne voulait enfin jouer en tant que membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

 

Manque total de crédibilité

 

Heiko Maas qui a souligné le rôle de l’Allemagne dans les missions à l’étranger en tant que médiatrice en cas de crise et aussi d’artisan de paix « en raison de notre passé historique », était si euphorique qu’il a passé des points importants sous silence. S’il agissait vraiment de manière responsable en raison de « notre passé », il prendrait le « PLUS JAMAIS » » au sérieux et agirait en conséquence, sinon il n’est absolument pas digne de foi.

 

En siégeant au Conseil de sécurité, la République fédérale assume depuis le Nouvel An pour la sixième fois ce rôle et une « grande responsabilité pour la paix et la sécurité dans le monde ». En effet, le Conseil de sécurité peut imposer des sanctions, mener des opérations de paix et approuver des opérations militaires.

 

Lors de son discours du Nouvel An, la chancelière Merkel avait déjà exposé ses idées au sujet de cette participation au Conseil. L’Allemagne veut en profiter pour défendre l’ordre mondial multilatéral et pour un effort massif dans la gestion des crises. L’Allemagne veut aussi s’engager en faveur d’une réforme car la composition du Conseil de sécurité ne serait plus appropriée à l’heure actuelle. Comme elle, Maas réclame un siège permanent au Conseil de sécurité.

 

L’Allemagne représentera les intérêts d’Israël

 

L’Allemagne sera bientôt de nouveau « au premier rang des crises ». Pire encore, cela a été déclaré lors de la demande, l’Allemagne veut aussi « représenter les intérêts d’Israël ».

 

La sécurité pour Israël signifie la judaïsation de la Palestine

 

Nous savons ce que cet accord inouï signifie et nous le constatons tous les jours. Merkel et Maas obligent les Allemands à aider et à soutenir la politique d’occupation israélienne qui dure depuis des décennies, le vol permanent de terres, ses guerres contraires au droit international et tout ce que le Ministère des Affaires étrangères avait promis autrefois de faire pour s’engager pour la « sécurité » des « amis israéliens ». Ce que cette « sécurité » signifie pour la Palestine occupée, nous pouvons le constater de très près : l’expulsion, la destruction et le nettoyage ethnique de la Palestine. L’Allemagne a autrefois soutenu la « germanisation » par les nazis et maintenant la « judaïsation de la Palestine ». J’ai une impression de déjà-vu devant le film d’horreur qui se déroule sous nos yeux.

 

Des subventions généreuses des contribuables allemands pour la « sécurité d’Israël »

 

Quelle arrogance ! Qu’est-ce que l’Allemagne a vraiment accompli sur le plan politique depuis 2005, depuis que la chancelière chrétienne sioniste gouverne l’Allemagne par « décret à la Maman Merkel » ? Depuis le commencement de son « règne », elle s’est toujours personnellement engagée pour les livraisons d’armement à « l’État juif », elle qui se sent attachée à la « sécurité d’Israël » et à la raison d’État de l’Allemagne. Des aides financières généreuses de l’argent de nos impôts, comme par exemple les 540 millions d’euros pour les trois sous-marins, ne sont qu’un petit exemple parmi beaucoup d’autres.

 

La Grande coalition de Merkel a tout fait pour saper les critères d’exportation d’armes

 

Déjà depuis les années 1960, la République fédérale d’Allemagne est un des plus importants fournisseurs d’armement à « l’État juif » aux côtés des Etats-Unis et de la France. Ne serait-ce que pour les années 2001 à 2015 des exportations d’armement d’une valeur de 2,07 milliards d’euros ont étés accordées à « l’État juif ». Et cela contrairement à ses propres (!) directives d’interdire les exportations d’armes dans les zones de crise : livraisons de navires de guerre, de chars, de véhicules, de technologie hautement sensible, d’équipements électriques, d’avions, de substances chimiques, de munitions, d’armes « légères », d’explosifs, livraisons maintenant « agrémentées » de sous-marins, de coopération pour des drones et de toutes les nouvelles réalisations qui ont été faites jusqu’en 2018. L’Allemagne de Merkel a tout fait pour saper et assouplir les critères de l’UE concernant les exportations d’armes : ces critères sont le respect des obligations internationales, le respect des droits de l’homme, la situation intérieure, le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région. Et ce sont exactement les critères auxquels « l’État juif » ne satisfait sûrement pas, sauf si on regarde à travers des lunettes judéophiles comme l’Allemagne le fait.

 

Le nombre d’actes de terrorisme juifs contre les Palestiniens a triplé

 

Le journal israélien Haaretz vient d’informer que le nombre d’actes de terrorisme juifs contre les Palestiniens avait triplé. Rien que l’année dernière, 482 crimes à motivation politique, commis par des Juifs, ont été signalés en Cisjordanie illégalement occupée. Mais ici, on se tait délibérément sur le racisme judaïste.

https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-jewish-terror-incidents-targeting-palestinians-tripled-in-2018-1.6809367

 

La judéophilie est le nouvel antisémitisme

 

Merkel ne va pas s’y intéresser, car c’est bien connu, elle ne se mêle pas des « affaires intérieures » de « l’État juif ». Elle a vraiment du toupet, car ces « affaires intérieures » concernent un État que Merkel a récompensé par une raison d’État allemande qui n’est plus acceptable parce que cet État mène depuis des décennies une politique contraire au droit international et aux droits de l’homme et elle le soutient solidairement avec l’argent durement gagné des contribuables qui coule dans cet État occupant ! Ce n’est vraiment pas étonnant que la critique justifiée de « l’État juif » et de ce soutien devienne de plus en plus forte et elle n’a rien à voir avec de l’antisémitisme. On ne le dira jamais assez : « l’antisémitisme et l’antisionisme n’ont rien à voir l’un avec l’autre ». La judéophilie est le nouvel antisémitisme et les Musulmans remplacent maintenant les Juifs en tant qu’ennemis déclarés et cela devrait tous beaucoup nous inquiéter.

 

Pas de paix avec les occupants juifs

 

Bientôt, la campagne électorale fera rage dans « l’État juif », on récoltera des voix par des slogans d’extrême-droite, la soi-disant solution à deux États est devenue un « gros mot » tout comme le partage de Jérusalem ou la restitution des colonies illégales et du plateau du Golan occupé illégalement. Le Premier ministre Netanyahou vient d’exiger des Etats-Unis et de la communauté internationale de reconnaître enfin le Golan an tant que territoire israélien, ce qui est une nouvelle tentative éhontée de fouler aux pieds le droit international. Le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem a déjà été un premier pas, une provocation et une gifle contre d’éventuels efforts de paix. Ne nous faisons plus d’illusions, il n’y a pas de paix possible avec les occupants juifs et cela n’a jamais été leur but. Les compromis ne sont pas à l’ordre du jour de la raison d’état sioniste de la judaïsation. Les manœuvres de diversion dans le monde entier avec des accusations d’antisémitisme et la diffamation des activistes du BDS comme le fait l’ancien banquier de Rothschild et actuel Président de la République en France, Emmanuel Macron, contre les « gilets jaunes » avec la matraque à l’antisémitisme, ne servent à rien. Je recommande à ce sujet à nouveau la lecture du livre « Die Kapitalisten des 21.Jahrhunderts » de Werner Rügemer, Éditeur PapyRossa, qui traite le thème en détail.

 

Défendre la liberté d’expression

 

La Grande coalition CDU/CSU/SPD va aussi vendre une frégate à l’Égypte, un pays de l’alliance militaire qui mène une guerre contre le Yémen, et quelle guerre ! Un pays qui, dirigé par un « pharaon par coup d’État », détient actuellement plus de 60.000 prisonniers politiques mais le conteste, et mène un régime de terreur uniquement comparable à celui des Saoudiens. Lorsque la semaine dernière, Al.Sissi a reconnu pour la première fois ouvertement dans une interview de la chaine CBS sa coopération de longue portée et ses étroites relations amicales avec « l’État juif » ce ne fut pas une grosse surprise, sauf pour son peuple. A la suite de cela, l’ambassadeur égyptien aux Etats-Unis a demandé d’empêcher la diffusion de l’enregistrement, comme l’a annoncé la CBS. Cela a été diffusé dimanche dernier. C’est ce qu’il y a de plus raffiné comme journalisme et cela manque terriblement en Allemagne. Récemment, deux citoyens allemands qui voulaient rendre visite à des parents en Égypte ont été arrêtés. D’autres sont traités comme le fait le régime sioniste : s’ils ne correspondent pas aux vues des sionistes. ils sont expulsés ou harcelés. On fait des prisonniers politiques qui défendent courageusement leur liberté d’expression politique, des terroristes et des extrémistes, totalement en phase avec les « valeurs éthiques politiques » de « l’Alliance antiterroriste ». Apparemment, l’Allemagne et l’Europe se sont adaptées à cette éthique immorale d’affaires et de guerre de se concentrer de plus en plus sur les affaires et de jeter tous les scrupules par-dessus bord. Nous qui nous engageons politiquement pour la liberté de la Palestine, constatons très douloureusement ce que cela signifie pour la liberté d’expression. Défendre la liberté d’expression en Europe devrait être notre tâche primordiale.

 

Pas en notre nom

 

Alors que les Etats-Unis et « l’État juif » réclament à grands cris des sanctions et les appliquent aussi, comme c’est le cas pour la Russie et l’Iran, le régime sioniste peut être sûr de pouvoir commettre impunément des crimes contre le droit international et contre les droits de l’homme sans subir de sanctions. C’est chose possible grâce à la Shoah ! Mais il y a de plus en plus de citoyens juifs de la diaspora, principalement aux Etats-Unis, qui s’opposent à cette politique et à cette instrumentalisation et qui disent : « Pas en notre nom » ! Cela donne de l’espoir.

http://www.spiegel.de/politik/ausland/abdel-fattah-el-sisi-aegypten-will-ausstrahlung-von-cbs-interview-verhindern-a-1246413.html

 

Comme la Grande coalition a manqué à sa parole, alors qu’elle s’était engagée l’année dernière pour une « politique d’exportation d’armement restrictive » et à ne pas accorder de permissions pour des exportations d’armement dans des pays directement impliqués dans la guerre au Yémen !

www.faz.net/aktuell/politik/ausland/bundesregierung-bewilligt-kriegsschiff-export-nach-aegypten-15969117.html

 

Depuis l’entrée en fonction de la Grande coalition en mars 2018, ce gouvernement fédéral a autorisé dix affaires d’armement avec l’Arabie Saoudite d’une valeur totale de 254 millions d’euros. D’autres équipements militaires ont été livrés à différents pays appartenant à l’alliance militaire de l’Arabie saoudite. Ces chiffres proviennent de la réponse du Ministère de l’Économie (Altmeier) à une question posée par le député des Verts Omid Nouripour.

 

Le rôle de l’Allemagne en tant qu’artisan de paix

 

Si le rôle de l’Allemagne est d’être artisan de paix, la manière avec laquelle la Grande coalition le joue actuellement en livrant sans scrupules des armes à des régimes autoritaires est une violation honteuse de la promesse de l’accord de coalition. Une fois de plus, le SPD a trahi ses principes. Au lieu de s’investir comme futur chancelier, le vice-chancelier du SPD Scholz, ainsi que la cheffe du SPD Nahles, feraient mieux, devant des prévisions électorales d’actuellement environ 15 %, d’aller humblement dans l’opposition et de réfléchir comment regagner des électeurs. Sûrement pas comme ils le font actuellement !

 

Alors qu’au Yémen, le génocide se poursuit et est légitimé par la résolution 2216 de l’ONU et qu’en Égypte et en Arabie saoudite, les crimes contre les droits de l’homme ont pris des proportions indescriptibles, l’Allemagne tente de souligner son rôle d’artisan de paix pour procurer des contrats aux fabricants d’armement allemands, toujours au service des entreprises comme quand elle dissimule les activités criminelles de l’industrie automobile. Courtiser l’industrie a une fois déjà fini mal dans « l’empire de mille ans » !

 

Il est donc de plus en plus important et urgent d’étouffer le mal dans l’œuf et de garder vivante la devise « PLUS JAMAIS » pour la liberté de la Palestine.

From the River to the Sea Palestine has to be Free

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: