Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

L`emberras du choix pour une antisioniste juive! Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

L’embarras du choix pour une antisioniste juive

 

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 23.08.2017

Traduction : Christiane Reynaud

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/wen-kann-eine-juedische-anti-zionistin-waehlen/

 

 

Je suis dégoutée par tant d’hypocrisie à la lecture des programmes électoraux des partis politiques allemands au sujet de la Palestine. Aucun d’eux n’ose prendre partie publiquement et UNILATÉRALEMENT  pour les occupés privés de leurs droits. Oui, je suis totalement d’accord avec Judith Butler qui affirme que c’est un devoir d’être antisioniste tant que le sionisme politique ne sera pas démantelé.

 

Ce devoir devrait faire figure de nouvelle éthique juive. Personnellement je ne connais qu’une seule éthique indivisible, celle qui se modèle sur l’humanisme et les droits de l’homme, peu importe qu’elle soit juive, chrétienne, musulmane ou athée/laïque. Tout ce qu’il y a jamais eu d’éthique est foulé aux pieds par « l’État Juif » et ignoré par la puissance d’occupation. Les intrus sionistes n’ont jamais voulu une coexistence pacifique et l’ont démontré par leurs actes. La Nakba, l’expulsion de plus de 700.000 autochtones de Palestine, a été menée et organisée méthodiquement en nettoyage ethnique qui continue jusqu’à nos jours, pratiquement sans entrave de la part de la communauté internationale hypocrite.

 

Les intrus juifs qui poursuivaient délibérément leur objectif de créer un « État juif » pour les Juifs persécutés d’Europe se sont rendus coupables en agissant de façon aussi raciste que celle qu’ils avaient subie auparavant. Ils ont colonisé la Palestine, nettoyée d’ « Arabes » en maîtres absolus et occupants, – ils ne prononcent pas le mot Palestiniens puisque, d’après la propagande sioniste, le peuple palestinien n’existe pas. Ils sont enfin devenus des « acteurs » au lieu d’être des victimes. Ils se sont toujours sentis plus à l’aise dans ce rôle. C’est important de se sentit supérieurs aux autres sur la voie de la judaïsation finale de la Palestine dans un Grand Israël !

 

Ce sionisme politique qui exige quasiment l’oppression, la destruction et l’expulsion des autochtones rend sciemment impossible une coexistence sur un pied d’égalité: cela n’est pas non plus souhaité et n’a jamais été à l’ordre du jour.

 

Pour moi comme pour beaucoup de camarades et d’activistes ne vaut qu’un ordre du jour : contribuer au démantèlement du sionisme politique, un devoir juif et démocratique, pour en arriver un jour à une Palestine libre sans occupation juive illégale.

 

Je suis même d’accord avec Judith Butler quand elle tient non seulement l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza pour illégitime mais Israël tout entier et sa fondation. Ce but ne pourra être atteint qu’avec le démantèlement du sionisme politique. Tant que « l’État Juif » sera un État-Nation juif où les Palestiniens sont déclarés citoyens de seconde classe et que la séparation de la religion et de l’État ne sera pas réalisée mais qu’il sera basé sur le judaïsme, tant qu’il instrumentalise une autre religion, qu’il occupe illégalement le peuple palestinien, le persécute et instrumentalise même le judaïsme pour sa politique étrangère, il n’y aura jamais de paix en Palestine, dans la région et dans le monde.

http://www.deutschlandfunk.de/israel-juedische-kritik-am-zionismus.1310.de.html?dram:article_id=270869

 

C’est pourquoi il est extrêmement important que de plus en plus de citoyens juifs s’impliquent dans l’antisionisme et tiennent tête aux « sayanim », ces auxiliaires zélés comme les sionistes « mondains » et les sionistes judéo-chrétiens. Car notre force antisioniste sont les faits réels que nous représentons alors que les sionistes ne propagent que leurs fausses thèses qui reposent sur des faits fictifs. Tous les historiens comme Ilan Pappé, Shlomo Sand, Moshe Zuckermann, Norman Finkelstein et leurs collègues qui touchent à ces thèses sont traités de parias, d’antisémites.

 

L’éternelle répétition, qu’aucune personne un tant soit peu informée sur le plan politique ne veut plus entendre, que « l’État Juif » est « l’unique démocratie » au Proche-Orient est en réalité aussi mensongère que toute l’entité sioniste, un produit de propagande scientifique qui veut représenter de plus en plus ingénieusement ses positions comme étant légitimées démocratiquement, alors que la résistance légale des occupés contre les occupants est diffamée comme terrorisme et comme illégale. Il n’y a que l’occupation juive de la Palestine qui est illégale, ce sont justement les descendants des victimes persécutées de la Shoah qui devraient s’en rappeler.

 

Les victimes n’ont pas le droit de devenir les auteurs de crimes, cela est dépourvu de toute légitimité. « L’État Juif » et sa politique de nettoyage ethnique n’ont aucune excuse !

 

Cette politique repose de plus en plus sur la marginalisation des critiques de « l’État Juif » et de sa politique méprisante de colonisation illégale, de violation des droits de l’homme et du droit international et sur leur dénigrement comme antisémites, ennemis des Juifs ou autres qualificatifs nouvellement inventés. Les citoyens (juifs) qui s’engagent pour les organisations « Breaking the Silence », B’Tselem, Zochrot ou autres groupements de défense des droits de l’homme sont diffamés et poursuivis. On fait aussi des militants du mouvement BDS dans le monde entier l’ennemi mondial numéro un. Ce mouvement si important et efficace mérite tout notre soutien ! Inconditionnellement ! Alors que « l’État Juif » finance entre-temps avec des millions une campagne mondiale contre le BDS, interdit aux partisans du BDS d’entrer dans le pays, ce mouvement devient de plus en plus fort car c’est une société civile qui surmonte inébranlablement les campagnes de dénigrement et les diffamations de la part du lobby juif du genre « N’achetez pas chez les Juifs » et qui ne se laisse pas décourager dans son combat pour une Palestine libre.

 

Tout cela m’encourage à persévérer dans ce but sans me laisser intimider. Le diabolisation, la morale des deux poids deux mesures et la délégitimation ne doivent pas nous empêcher de continuer. Tant qu’il y aura un sionisme politique d’oppression et d’occupation, il doit y avoir des antisionistes.

 

Aucun parti en Allemagne ne poursuit l’objectif d’une Palestine libre. Non, bien au contraire, on considère « l’État Juif » comme rattaché à nos valeurs et on le récompense en faisant de sa sécurité notre raison d’État. Ceci est pour moi totalement incompréhensible car c’est justement cela qui n’est pas compatible avec notre Loi fondamentale ni conforme à elle. Pendant que l’occupation illégale juive est démentie par tous les partis, qu’elle leur semble compatible avec « nos » valeurs bien qu’elle ne corresponde pas aux valeurs démocratiques, on favorise l’injustice.

 

Quand je lis un papier pour la campagne électorale 2017 qui prône des « positions juives » pour cette campagne et que je vois qui a signé ce papier, je me demande comment est-ce possible ? Est-ce vraiment l’Allemagne de 2017 ? Est-ce encore compatible avec mes et nos valeurs ? Non, sûrement pas avec les miennes. On parle de « culture dominante démocratique libérale ».

http://werteinitiative.de/wahl2017/

 

Mais quand au paragraphe 4 on parle d’Israël comme « patrie spirituelle » des Juifs, donc de citoyens allemands et de la « relation particulière entre l’Allemagne et « l’État Juif démocratique » Israël, fondée sur l’Histoire et liée par la communauté de valeurs des « deux » démocraties, caractérisée dans les deux pays par des problématiques sociales, économiques et sécuritaires semblables, là je ne suis pas d’accord.

 

De même, quand on attend de l’Allemagne un soutien solidaire à Israël dans le « processus de paix » (quel processus de paix ? Celui que « l’État d’occupation juif » empêche ?) que l’exaucement du vœu palestinien d’autodétermination ne doit pas conduire à de « nouvelles » menaces envers Israël (qui menace vraiment qui ?) il y a encore pire quand, en plus des groupements islamiques radicaux, on diffame l’Iran comme la pire menace pour Israël et le monde libre et qu’on doit se montrer ferme à son  égard au lieu d’être conciliant (contrairement à « l’État Juif » l’Iran n’a pas encore commencé de guerre ni menacé d’utiliser des armes nucléaires !). Je suis d’avis qu’il est temps d’affronter « l’État d’apartheid Juif » avec rigueur et sanctions jusqu’à ce que l’occupation illégale soit terminée !

 

Le paragraphe 5 « Rapports avec l’Islam politique »

m’afflige profondément : il y est question de « l’Islam politique » et de l’influence croissante des associations islamiques qui veulent donner à la religion une « dimension politique » ou dont les valeurs ne sont pas compatibles avec la Loi Fondamentale.. Pour moi ce sont justement le Conseil Central des Juifs et d’autres organisations juives internationales en Allemagne qui m’inquiètent quand ils réclament la solidarité inconditionnelle avec « l’État d’occupation Juif » et instrumentalisent la religion dans ce but. Je cite : « Dans ce cas, l’État doit appliquer des critères plus sévères pour la coopération et les subventions. Les organisations, les associations et les mosquées qui ne soutiennent pas inconditionnellement la démocratie et les droits de l’homme doivent être interdites, fermées et éventuellement poursuivies en justice. Des accords internationaux ne doivent être conclus que selon des conditions strictes. Il faut absolument éviter que des gouvernements étrangers exercent une influence financière sur les directives des organisations et des groupes de personnes allemands. » Fin de citation. (Si on changeait toutes ces phrases et qu’on remplaçait « islamiques » par « juives et Israël », qu’adviendrait-il de ces exigences ?)

 

Paragraphe 6 « Eviter des dommages collatéraux »

Les « preneurs de positions juifs » sont d’avis qu’il est souhaitable qu’une personne n’ait qu’une nationalité, mais avec UNE exception, les Juifs ! Parce que les Juifs ont des liens historiques avec plusieurs pays. Cette « mesure » est donc conseillée par exemple pour les citoyens israélo-allemands. (Et voilà le régime spécial non-kasher pour les citoyens juifs en ce qui concerne Israël. Cela ne favorise-t-il pas une société parallèle ?)

 

Paragraphe 7 « Antisémitisme »

Le comble arrive au paragraphe 7, c’est justement l’objet de ma critique : Je cite : « La critique d’Israël caractérisée par deux poids, deux mesures, « l’antisionisme » et le mouvement BDS sont une même haine sous une forme fifférente. Il ne doit pas y avoir de place pour eux. » Fin de citation. (Voilà, nous avons donc l’amalgame des expressions antisémitisme, mouvement BDS et antisionisme. Cette  affirmation est fausse et ne sert qu’à étouffer toute critique à Israël ; c’est la fin de toute liberté d’expression démocratique, l’argument-massue par excellence.)

 

Non, pas de culture dominante allemande qui exige une solidarité « judéo-chrétienne » avec les crimes de l’occupation de « l’État Juif », qui favorise la haine de l’Islam et marginalise les Musulmans ! Ce genre de positions juives n’est pas compatible avec le Loi fondamentale et avec « nos/mes » valeurs !

 

Je ne peux donc, en tant qu’ « antisioniste juive », citoyenne allemande avec un seul ( !) passeport, voter pour aucun parti qui fait siennes les positions juives de cette « initiative des valeurs » !

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: