Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Modele d`activite: antisemitisme, kippa et drones Evelyn Hecht-Galinski traduction Christiane Reynaud

Modèle d’activité: antisémitisme, kippa et drones

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 28 novembre 2018

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/zionisitsches-geschaeftsmodell-antisemtismus-kippa-und-drohnen-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

 

Ce qui se passe en ce moment me laisse perplexe. Pendant que le régime de Netanyahou maintient, étend impunément l’occupation illégale de la Palestine et assassine, plus de 180 Palestiniens ont été tués et plus de 6000 blessés par des tireurs d’élites juifs lors des manifestations de masse au cours des huit derniers mois à la frontière non définie entre Gaza et « l’État juif ». 2000 autres personnes ont été blessées par du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc lors de cette grande Marche de retour, en tout plus de 24 000 Palestiniens. Les victimes du déchainement israélien sont des jeunes innocents et désarmés qui ne veulent rien d’autre qu’une vie dans la dignité et la liberté. C’est pour cela qu’ils se sont battus et qu’ils ont payé le prix fort.

Qu’importe la souffrance des victimes à la communauté internationale ?

 

Plus de 90 manifestants dont 17 enfants ont besoin d’urgence de prothèses. Le système de santé et l’infrastructure qui s’est effondrée depuis longtemps à Gaza ne peuvent plus faire face aux énormes besoins de ces victimes. Mais qu’importe la souffrance des victimes à la communauté internationale ?

 

Le régime d’occupation sioniste a très bien réussi à se débarrasser de ce « fardeau » et, au lieu de cela, il s’abat sur l’antisémitisme comme modèle de gestion. « L’État juif » est parvenu à attirer l’attention sur l’antisémitisme européen de telle manière que ni l’occupation illégale de la Palestine ni ses agissements contraires au droit international à Gaza soient encore à l’ordre du jour, mais que seulement l’antisémitisme, la sécurité des Juifs et dernièrement aussi les porteurs de kippa soient des sujets médiatisés. En outre, cette guerre de propagande est couronnée par l’accent mis sur le soi-disant « antisémitisme musulman » du à l’immigration et sur la lutte commune contre le terrorisme (« islamique »).

 

Que manque-t-il encore pour vendre ce plan comme un modèle de réussite rentable ? Oui, exactement : mettre l’antisionisme et la « haine des Juifs » dans le même sac pour, grâce à ce coup habile, stigmatiser la critique des crimes contre l’humanité et contre les droits de l’homme dans « l’État juif » en tant qu’antisémitisme, d’en faire une soupe de propagande sioniste et de la garder au chaud.

 

Instrumentalisation de la Shoah

 

Cette instrumentalisation de la Shoah a presque pris des traits de satire et a conduit à inverser les données. Alors que partout dans le monde beaucoup de Juifs rejettent le sionisme, beaucoup d’antisémites d’extrême-droite le soutiennent.

 

Ces antisémites se sentent souvent très à l’aise dans l’actuel « État juif » parce qu’ils apprécient et admirent la force militaire de la « plus morale des armées de défense » qui se défend avec autant de succès contre les Palestiniens/les Musulmans et contre les réfugiés qualifiés « d’intrus ». Tout ce qui est encore « un beau rêve » dans les démocraties européennes est depuis longtemps réalité dans « l’État juif occupant».

 

Le résultat est, qu’entre-temps, l’Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM) a décidé de signer un contrat de deux ans d’une valeur de 59 millions d’euros avec la société israélienne Elbit qui, grâce à sa longue expérience de surveillance totale par drones, est prédestinée à protéger l’Europe et ses côtes contre les « migrants illégaux ». Ce système de surveillance « à longue portée » avec le drone israélien Hermes 900 Maritime Patrol empêche, grâce à son équipement de pointe, les « immigrants clandestins » en provenance d’Afrique de venir chez nous par la mer. Cette traque par drones des migrants doit détecter les embarcations de réfugiés et transmettre les données à l’AESM qui les communique ensuite aux navires militaires en patrouille.

 

Israélisation de l’Europe

 

Cela représente une dissuasion totale et un obstacle pour les réfugiés en route vers l’Europe pour y demander l’asile, et prouve en même temps la tentative d’israéliser l’Europe car « l’État juif » a jeté les bases pour ce genre de défense avec sa politique contre les « intrus ». Alors que « l’Etat juif » n’accepte que des Juifs du monde entier comme immigrants, l’Europe se ferme contre les réfugiés en général et les Musulmans en particulier.

 

Comment l’UE qui, sinon, se targue toujours de ses « valeurs » peut-elle s’impliquer dans un tel modèle d’isolement, compte tenu de la politique israélienne méprisante qui, depuis des décennies, foule des pieds les droits de l’homme et le droit international ? S’agit-il là « des valeurs de liberté » dont le président français a fait pompeusement l’éloge devant le Parlement allemand ?

 

La Communauté européenne a jeté toutes ses « valeurs » par-dessus bord, si tant est qu’elle en ait jamais eu, et s’est prostituée pour des affaires d’armement lucratives auprès de dictateurs et de politiciens qui méprisent les droits de l’homme. Tout cela met le doigt sur la nouvelle politique de deals de Trump.

 

Pendant que l’UE et les Etats-Unis se rapprochent de plus en plus de la doctrine gouvernementale sioniste de judaïsation et d’occupation illégale et la tolère presque sans critique, les extrémistes de droite en Europe et dans « l’État juif » peuvent rire sous cape parce que leur modèle de réussite d’isolement et d’islamophobie est devenu de plus en plus « présentable ».

 

Guerre du gaz contre la Turquie

 

Ne devrions pas nous faire de gros soucis ? Ne remarquons-nous pas que le régime sioniste tente de diviser l’Europe et de semer la discorde ? Prenons l’exemple du gazoduc géant au fond de la Méditerranée, qui fournira à partir de 2025 du gaz naturel d’Israël à la Grèce, à Chypre et à l’Italie. Le ministre israélien de l’Énergie, Yuval Steinitz, se réjouit déjà que « l’État juif » deviendra l’un des plus grands fournisseurs européens en énergie, ce qui sera d’une grande „importance économique et politique“ pour son pays. En effet, l’Union européenne a déjà mis 70 millions d’euros à disposition, ne serait-ce que pour l’étude de faisabilité. Le régime de Netanyahou essaie d’assurer « par le gaz » son influence sur les pays concernés, de diviser encore davantage l’UE et de faire en sorte que lors de scrutins aux Nations Unies elle ne parle pas unanimement et vote contre la politique d’occupation illégale. Netanyahou a encore une chose en tête : mener une guerre du gaz contre la Turquie si le gazoduc East Med, le projet commun de la Grèce, de Chypre et d’Israël ne livre pas la Turquie. Nous allons au-devant de temps difficiles qui favorisent une politique hostile à la Russie, complaisante envers Israël et tout à fait dans l’esprit des Etats-Unis et de l’Ukraine Cette guerre énergétique au gré de « l’État juif » nous concernera tous.

 

De « l’État juif » nous entendons aussi : « Le plateau du Golan nous appartient pour l’éternité et nous ne le rendrons jamais à la Syrie ». Une telle violation du droit international sous le silence de la « communauté internationale de valeurs » est une preuve supplémentaire du succès de la stratégie sioniste. Nous devrions également nous demander comment il est possible que des djihadistes syriens proches du Front al-Nosra et soutenus par Israël puissent disposer d’armes chimiques.

 

Je voudrais aujourd’hui élargir ma devise : « N’achetez rien chez les occupants juifs » par « Ne dormez pas chez les occupants juifs ». Nous tous qui soutenons BDS avons pu enregistrer un petit succès car Airbnb ne veut plus louer d’appartements en Cisjordanie illégalement occupée et a finalement conclu que ses annonces et sa coopération avec les colons juifs illégaux en Cisjordanie contribuaient également au conflit entre Israël et les Palestiniens. Cette prise de conscience vaut mieux tard que jamais, même si le régime de Netanyahou menace déjà avec une « plainte collective », ce que Airbnb peut voir venir avec sérénité. Cependant, je savais déjà que depuis 2015 d’autres portails internet de location coopèrent avec les colonies illégales. Il reste donc encore beaucoup à faire et il faut rester vigilant contre des violations de la loi.

 

Il ne fait pas fermer les yeux sur une politique qui rappelle beaucoup l’époque nazie

 

N’est-ce pas scandaleux et inhumain que l’Union européenne, non seulement ferme les yeux sur la misère de l’occupation illégale de la Palestine, mais aussi qu’elle stimule les crimes sionistes par la coopération et le soutien ? Comment peut-on, face à la misère dans le camp de concentration de Gaza, continuer d’accepter « l’État juif » comme partenaire et exemple à suivre ? S’agit-il des valeurs européennes de civilisation ? Comment peut-on continuellement exiger un islam laïque alors qu’en Allemagne le judaïsme est de plus en plus dirigé par des rabbins de la secte Chabad Lubavitch et ça avec l’approbation du « Conseil central des Juifs », le bras long du régime sioniste. On leur met même de l’argent des contribuables à disposition. DITIB est ennemie déclarée parce qu’elle est soutenue par la Turquie, alors que le Conseil central des Juifs fait office d’organe central et de porte-parole de « l’État occupant juif » et est même « organisme de droit public ». Nous ne devrions pas tolérer ces deux poids, deux mesures ! La Shoah ne justifie pas tous les moyens et devrait nous être un avertissement de faire mieux et de ne pas fermer les yeux devant l’actuelle politique de « l’État juif » qui rappelle tant l’époque nazie en Allemagne. Je dis consciemment « rappelle » et non pas « est l’équivalent ». Déjà, dans „l’Etat juif“, les artistes craignent pour leur liberté d’expression, comme le font toutes les organisations démocratiques et les militants engagés dans la lutte pour une Palestine libre. Nous ne devrions pas nous rendre dépendants de « l’État juif » ni nous laisser intimider, ni par les extrémistes de droite ici, ni par les fascistes sionistes là-bas. Nous ne sommes pas des antisémites mais ne nous laissons pas impliquer dans les manœuvres de diversion des porteurs de kippa, par les drones et l’antisémitisme comme modèle de gestion sioniste.

 

Particulièrement nous, les Allemands, devions enfin tirer les leçons de l’Histoire : ne pas fermer les yeux devant l’injustice, mais nous opposer librement et courageusement à l’expulsion brutale des Palestiniens, à la destruction de leur pays et de leur culture, et mettre à grand bruit et perceptiblement le holà au nettoyage ethnique de la Palestine. L’Histoire prouvera que nous sommes du bon côté !

 

 

 

 

 

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: