Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Ode a liberte! Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

Ode à la liberté!

Evelyn Hecht-Galinski

 

Commentaire du 22 novembre 2017

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/ode-an-die-freiheit-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

 

Ce fut un monument musical à l’occasion de la chute du Mur de Berlin. La chute du mur le 9 novembre 1989, événement historique en Allemagne, avait profondément bouleversé Bernstein. Il décida alors de diriger deux concerts à Berlin, d’abord à la Philharmonie à Berlin-Ouest et, le jour de Noël 1989, à la salle de concerts Schauspielhaus sur la place du Gendarmenmarkt à Berlin-Est. Leonard Bernstein, le compositeur et chef d’orchestre renommé, échangea un mot du nom du mouvement final de la 9ème  Symphonie de Beethoven et du poème de Schiller « Ode à la joie » : Il remplaça « joie » par « liberté ». Ce concert particulier est entré dans l’histoire. En effet, « l’Ode à la liberté » de Berlin doit être considéré comme un avertissement et devrait être joué à la fois pour la liberté d’expression et pour la liberté de la Palestine. J’aimerais tant assister aussi à une nouvelle interprétation de cette « Ode à la liberté » comme monument musical pour la chute du mur de l’apartheid en Palestine !

https://www.youtube.com/watch?v=l46GNducsPk

 

Cependant, ce que le sénateur berlinois de la « non-culture » Lederer s’est permis est scandaleux. À peine le 9 novembre passé, – la journée commémorative de la Nuit de Cristal et de la Chute du Mur – Lederer pris la décision d’empêcher que le prix « Karlpreis » du journal Neue rheinische Zeitung (NRhZ) soit décerné au journaliste Ken Jebsen au cinéma berlinois Babylon. Ce « vœu » de Lederer adressé au gérant du cinéma et publié sur sa page Facebook ne doit en aucun cas être exaucé.

http://www.taz.de/!5461114/

 

J’ai rarement vu en Allemagne qu’un sénateur de la « non-culture » de gauche s’exprime de cette façon sur Facebook et cela nous montre le déclin de la culture allemande. Le pays des poètes et des penseurs est devenu le pays des bavards et des insulteurs. Klaus Lederer est le prototype des intrigants de gauche que l’on peut classer dans le piètre groupe des nombreux amis philosémites d’Israël soi-disant de gauche, à commencer par Petra Pau jusqu’à Bodo Ramelow, en passant par Katja Kipling, pour ne citer que quelques noms. S’il n’y avait pas les trois honorables Wolfgang Gehrcke, Dieter Dehm et Christiane Reymann ainsi que la solidaire Annette Groth, ce parti soi-disant de gauche aurait mauvaise allure. Oui, indignons-nous et défendons-nous !

http://www.wolfgang-gehrcke.de/de/article/1939.bitte-helft-zensur-zur%C3%BCckzuweisen.html

 

Ce pseudo-gauchiste Lederer qui essaie de faire pression sur un journaliste intègre pour le faire taire doit être stoppé. Il devrait rendre un service à la culture berlinoise et démissionner ! Lederer reproche à Ken Jebsen de « haïr profondément Israël » et de divulguer des modes de pensée typiquement antisémites. Il m’avait déjà reproché à peu près la même chose. Ken n’est pas seul, il est en bonne compagnie. Ken Jebsen est un des rares journalistes intègres en dehors du courant dominant et il est donc devenu le bouc émissaire du paysage médiatique adapté et établi. C’est une raison de plus de soutenir cet homme qui, par sa rareté, est devenu un joyau du monde médiatique. Il s’engage aussi pour les faibles, les laissés-pour-compte et les oubliés de la société. Ses interviews de personnalités célèbres comme Alfred Grosser, Eugen Drewermann et Jean Ziegler doivent être considérées comme des jalons pour un autre journalisme propre qui n’existe malheureusement plus en Allemagne. Pas de ces trolls transatlantiques conformistes qui s’allient aux politiciens et aux élites pour se distinguer et vendre au public une politique conformiste. Nous en avons assez, nous avons besoin d’un journalisme propre comme Ken Jebsen le représente.

 

En effet, le cas Ken Jebsen est devenu entre-temps un désastre pour le parti de gauche « Die Linke ». Mon aversion à l’égard de Lederer, le sénateur de gauche de la « non-culture », était déjà grande depuis sa nomination. Je ne peux que hocher la tête en voyant ce que Berlin est devenu. Ce sénat est insupportable pour tout citoyen avec un esprit démocratique, surtout s’il regarde plus loin que le bout de son nez et s’engage pour la Palestine et contre l’occupation.

On peut commencer par le maire-gouverneur social-démocrate Müller, un homme sans force de caractère qui plie devant des chasseurs d’antisémites autoproclamés et des calomniateurs comme le journaliste de campagne Benjamin Weinthal et le rabbin Cooper. Lorsque cet obscur « rabbin du Centre Wiesenthal » menaça Müller de le mettre en tant qu’antisémite sur sa « liste noire de l’antisémitisme » complètement insignifiante, il a tout de suite été intimidé et mena sa lutte contre le mouvement BDS et la marche d’Al-Quds. On essaie à Berlin sans aucune justification légale de se mettre au service du lobby israélien avec une obéissance empressée et de suivre ses instructions.

https://www.morgenpost.de/berlin/article211840537/Michael-Mueller-will-gegen-BDS-und-Al-Kuds-Marsch-vorgehen.html

https://www.berliner-zeitung.de/berlin/nach-antisemitismus-kritik-michael-mueller-stellt-sich-gegen-bds-und-al-kuds-marsch-28369950

 

Il faut espérer que le directeur du Babylon Timothy Grossmann se souviendra de la tradition du Babylon qui jusqu’à présent était connu comme lieu de rencontre pour la liberté d’expression. La raison pour laquelle il a tout de suite craqué et envoyé sans raison réelle une lettre de résiliation aux organisateurs reste mystérieuse. Ou bien la raison est quand même compréhensible parce qu’il avait peur de devoir renoncer aux 400.000 euros de soutien du budget culturel de Lederer ! Il était question de « problèmes de sécurité » ce qui est tout à fait faux car la sécurité n’est justement pas en danger quand les nombreux visiteurs pacifiques viennent à la remise du prix, à moins qu’on ait peur des perturbateurs payés et violents du lobby israélien mais qui peuvent sûrement être maîtrisés par la police berlinoise qui a de l’expérience avec ce genre de casseurs. Il n’y a donc AUCUNE raison d’annuler cette représentation et de stopper les réservations. La remise du prix aura lieu ! La résistance devient un devoir civique quand la liberté d’expression est en danger à Berlin. Je recommande à Klaus Lederer et à Timothy Grossmann de relire la Constitution de Berlin, section II : Les droits fondamentaux, objectifs de l’État et, avec une attention particulière, l’article 14 dans ce contexte :

 

1) Toute personne a le droit d’exprimer librement et publiquement son opinion dans le cadre de la loi, tant qu’elle ne menace pas ou ne viole pas la liberté garantie par la Constitution.

 

(2) Toute personne a le droit de s’informer sur les opinions d’autrui, en particulier des autres peuples, par la presse ou les médias de toutes sortes.

 

(3) La censure n’est pas autorisée.

 

https://www.berlin.de/rbmskzl/regierender-buergermeister/verfassung/artikel.41548.php

 

Maintiendront-ils l’annulation et avec quelle raison ?

Les journaux TAZ, BZ de Springer et le Tagesspiegel jouent un rôle particulièrement important dans cette campagne.

http://www.taz.de/!5461114/

https://www.bz-berlin.de/landespolitik/kultursenator-verhindert-auszeichnung-eines-antisemiten-und-wird-attackiert/

http://www.taz.de/!5465403/

http://www.tagesspiegel.de/politik/die-linke-unter-putin-verstehern-und-aluhueten/20610784.html

 

Je croyais que ces ordures mentales étaient bannies des esprits mais les pyromanes politiques et médiatiques sont ressuscités et doivent être mis au ban. En ces temps de diffamation et de mensonges, le courage civique est un devoir suprême et doit se faire entendre dans de vives protestations qui résonnent jusqu’à l’Hôtel de ville rouge !

 

Lederer veut en découdre, il doit être remis à sa place !

 

Le Berlinois Raed Saleh, président du groupe social-démocrate SPD, un Allemand d’origine palestinienne, a écrit des articles et un livre sur la « culture dominante allemande » et réclame la construction de nouvelles synagogues alors que celles qui existent sont quasiment vides et peu utilisées. Il semble que cette génération s’adonne au philosémitisme à tel point qu’elle devrait faire attention de ne pas étouffer. Tous ces politiciens ont-ils lâché un seul mot sur le nettoyage ethnique, l’expulsion et la privation de droits de la population palestinienne ? Non ! Au lieu de cela, de grandes manifestations de solidarité à « l’État d’occupation juif » et à ses représentants allemands ! Qu’ils soient de gauche ou de droite, ils sont tous solidement ancrés du côté de « l’État juif occupant ». En tous cas, cette coalition de philosémites est au point et n’a pas besoin d’être élaborée après de longues négociations. Mais malheureusement, elle n’échoue pas parce que tous sont très unis dans leur lobby israélien. C’est là aussi une raison qui explique le ras-le-bol politique.

 

Dans ce contexte, un autre sujet. Les médias se plaignent actuellement d’une „erreur judiciaire“ commise par un tribunal allemand, selon laquelle une action en justice intentée par un citoyen israélien pour discrimination a été rejetée. Kuwait Airlines a refusé de transporter ce passager, et c’est son bon droit. Ce n’est pas de l’antisémitisme, comme le prétend l’avocat du plaignant et d’autres claqueurs du lobby israélien, de “ Paolo Pinkel “ alias Michel Friedman, à Nathan Gelbart, l’avocat du plaignant et copain de Broder qui m’avait déjà aussi poursuivie en justice. La Kuwait Airlines n’a fait qu’exercer son droit de ne pas émettre de billet à cet Israélien parce qu’il représente un pays qui n‘ a pas hésité pendant 69 ans à pratiquer le nettoyage ethnique et la judaïsation comme raison d’État. Je me demande donc pourquoi la presse allemande et le gouvernement fédéral allemand ne se formalisent pas quand régulièrement des Palestiniens avec passeports allemands, de même que des partisans du mouvement BDS et des critiques d’Israël se voient arbitrairement refuser le droit d’entrée dans leur ancienne patrie ou à titre de visiteurs ? Au contraire, la Lufthansa allemande se fait auxiliaire d’exécution du régime occupant juif et trie les passagers mal vus aux Etats-Unis sur la base de courriels en provenance d’Israël et refuse de les transporter. Mais les médias allemands ne nous informent pas de ce scandale et le gouvernement fédéral qui se donne tant de mal pour les Israéliens ne s’en mêle pas et plie l’échine. Où reste la pression contre le régime de Netanyahou et le soutien aux citoyens palestiniens ? La secrétaire générale du parti libéral-démocrate Beer devrait plutôt s’abstenir de revendications envers la Kuwait Airlines et plutôt réfléchir au comportement de son parti. Qu’en est-il de la compagnie aérienne israélienne El Al, celle avec l’étoile de David ?

http://www.bild.de/politik/inland/antisemitismus/kuwait-airways-skandal-53910032.bild.html

https://electronicintifada.net/blogs/asa-winstanley/how-israel-compiling-its-bds-blacklists

https://electronicintifada.net/blogs/asa-winstanley/israel-spied-interfaith-delegations-emails-rabbi-says

http://www.dw.com/de/gastkommentar-hass-auf-israel-ist-kein-antisemitismus-fehlurteil-in-frankfurt/a-41431128

 

Le gouvernement allemand devrait de même enfin assumer ses responsabilités envers les Palestiniens et les soutenir dans leur quête de liberté. C’est un scandale que la communauté internationale hypocrite continue de permettre que le président des Etats-Unis Trump empêche toute paix et liberté en Palestine avec son « ultime deal de paix » en voulant fermer la représentation de l’OPL aux Etats-Unis par une tentative de chantage : avec ces méthodes, il veut la forcer à se rendre sans conditions aux occupants juifs. De cette façon, Trump et les Etats-Unis se sont définitivement disqualifiés en tant que médiateurs.

http://www.zeit.de/politik/ausland/2017-11/nahostkonflikt-usa-palaestinenser-spannungen-regierung-trump

 

Qu’en conclut la chancelière Merkel, la « mère des réfugiés » que « l’État Juif », le modèle de l’intégration, vienne de conclure un accord abject et veuille expulser plus de 40.000 demandeurs d’asile, des réfugiés noirs, vers des pays tiers après avoir été traités d’intrus par Netanyahou ? Ce racisme judaïste du régime de Netanyahou s’inscrit parfaitement dans la politique de l’AfD, probablement aussi une raison pour laquelle ces extrémistes de droite se comprennent et se coudoient si bien. Alors, Mme Merkel, qu’en dites-vous ?

http://www.spiegel.de/politik/ausland/israel-will-40-000-fluechtlinge-nach-ruanda-und-uganda-abschieben-a-1179112.html

 

Dédions « l’Ode à la liberté » à la liberté d’expression et à la liberté pour la Palestine !

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: