On est aussi loin de la justice pour la Palestine que des „valeurs chretiennes“ dans la politique Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

Commentaire du Hochblauen

 

On est aussi loin de la justice pour la Palestine que des „valeurs chrétiennes“ dans la politique

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 12 février 2020

Texte original: http://sicht-vom-hochblauen.de/gerechtigkeit-fuer-palaestina-ist-so-fern-wie-die-christlichen-werte-in-der-politik-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction: Christiane Reynaud

 

Après l’annonce de „l’arnaque du siècle“ de Trump, arrivent la désillusion et le désespoir. Il est frustrant de constater que la communauté internationale hypocrite ne réagit pas de manière appropriée au faux plan partial sioniste du siècle. Aucun Palestinien n’a été invité à la Maison Blanche à cette occasion : cet affront et le racisme évident auraient déjà exigé une réaction virulente. Mais loin de là, on a senti au contraire l’impuissance et aussi la lâcheté avec lesquelles cette annonce a été accueillie.

La colonisation sioniste sur le modèle des puissances coloniales racistes

N’oublions pas que les Palestiniens n’ont jamais eu droit à la parole en ce qui concerne leur sort, ils ont toujours été condamnés à supporter et à être opprimés par les sionistes. On a essayé par tous les moyens de tout leur prendre, de tout voler à ce peuple intelligent et très instruit et de briser sa volonté. Les sionistes qui ont envahi la Palestine ont traité les habitants de « paysans sales et paresseux » et, tout comme les puissances coloniales racistes, ont établi leur colonisation sioniste qui, jusqu’aujourd’hui, n’a pas sa pareille dans le monde.

Déjà depuis des siècles, les puissances coloniales essaient, par tous les moyens, d’assurer la « suprématie de la race blanche supérieure » : pensons seulement à l’Afrique du Sud et à l’apartheid blanc qui a mis des siècles avant de disparaitre. Nous aussi, les Allemands, ne devons pas oublier les camps de concentration britanniques en Afrique du Sud dont les nationaux-socialistes ont été les pires imitateurs pour les camps de concentration et d’extermination du Troisième Reich.

Depuis la fondation de « l’État juif » en 1948, qui entraina la Nakba, l’expulsion et le nettoyage ethnique de la Palestine, ce triste « modèle de réussite » d’oppression judéo-sioniste est soutenu énergiquement par les « États chrétiens et leurs valeurs ». L’apartheid sioniste est de plus en plus marqué et puissant – aussi grâce au soutien international des « valeurs chrétiennes » – et rend possible, sans encombres, la solution finale de la judaïsation.

La Journée de la Naksa : un autre jour triste dans l’histoire de la Palestine

Chaque année, le 5 juin, le Jour de la Naksa (ce qui signifie en arabe le « Jour du revers »), le peuple palestinien commémore l’expulsion qui accompagna la victoire d’Israël dans la Guerre des Six jours en 1967. A l’issue de cette guerre, Israël prit le contrôle de la Cisjordanie habitée par les Palestiniens, auparavant annexée par la Jordanie, et de la bande de Gaza, auparavant sous contrôle de  l’Egypte. Ce fut un autre triste jour dans l’histoire de la Palestine.

Rien ne s’est amélioré, bien au contraire, depuis la déclaration britannique, dite de Balfour, qui n’a apporté que souffrance et division aux Palestiniens et qui a ouvert la voie à des injustices et à la privation de droits pour le peuple palestinien. Après la déclaration de Balfour, on a immédiatement mis le couteau sous le gorge des Palestiniens et ils n’ont eu aucune chance de se défendre contre la suprématie coloniale. Même déjà à cette époque, on n’a pas demandé à la population indigène de Palestine si et pourquoi elle devait être prête à partager ses terres avec les envahisseurs sionistes. Et pourquoi l’auraient-ils fait ? La puissance coloniale s’est toujours sentie dans son droit et avait le pouvoir du plus fort.

Cette déclaration a rendu possible la Nakba car elle a donné aux sionistes le droit d’expulser une grande partie de la population palestinienne de sa patrie par la terreur et d’établir « l’État juif » sur la terre palestinienne brûlée. Autrefois, comme aujourd’hui, les Palestiniens n’ont pas été considérés sur un pied d’égalité, égaux en droit et on leur refuse jusqu’à maintenant leur droit légal de retour dans leur patrie, droit couvert par le droit international. La communauté internationale qui, par ailleurs exige partout haut et fort le respect des droits de l’homme, même en usant de la force militaire, craint les foudres sionistes et se tait lâchement.

La Nakba doit devenir raison d’État allemande !

Alors que les Palestiniens expulsés de leur pays par la violence et la terreur doivent végéter dans les pires conditions  dans des camps de réfugiés, on accorde aux Juifs du monde entier un « droit au retour » plus que douteux, en Israël. L’Holocauste garde son effet pour l’éternité et accorde aux Juifs et aux sionistes des droits sans aucune légitimité. On ne doit jamais l’oublier, malgré ou justement à cause de l’Holocauste. La Nakba doit absolument être vue dans le contexte de l’Holocauste et ce lien toujours renié par la « communauté de valeurs judéo-chrétienne de valeurs » doit enfin devenir raison d’État allemande.

Cela devrait tous nous faire de la peine de voir comment les Palestiniens se font arnaquer par Trump, le gouvernement américain et les États européens, et comment l’intérêt pour leur situation intenable passe de plus en plus au second plan. Tout a été brillamment planifié par la hasbara sionistes et ses partisans chrétiens-sionistes. « L’État juif » a réussi à se présenter non seulement comme un privilégié des États-Unis, mais aussi comme un petit État menacé, ce qui est ridicule compte tenu de son armée regorgeante d’armes et de son arsenal nucléaire, et donc un mensonge éhonté. La vérité est que la sécurité de « l’État juif » n’est nullement en danger car c’est cet État agressif sioniste, armé jusqu’aux dents qui menace ses voisins, le Liban, la Syrie, l’Iran et la paix mondiale.

Qui donc a contribué à déclencher le conflit en Syrie et qui tente de gagner l’hégémonie sur tout le Moyen-Orient, ce qui réussit toujours mieux grâce à l’aide des États-Unis et aussi de l’Europe, tout particulièrement de l’Allemagne ? Qui laisse les réfugiés, sauf les juifs, mourir en prison ou les renvoie sans égards, même les femmes et les enfants, dans leurs pays d’origine meurtriers ?

Dénigrer Erdoğan, mais garder le silence sur Netanyahou ?

Je ne peux que qualifier d’hypocrite qu’ici, la Gauche et les Verts fassent campagne contre la Turquie et dénigre Erdoğan comme despote et « sultan » – le président du pays qui a tout de même accueilli plus de 3,8 millions de réfugiés syriens – mais qu’ils se taisent au sujet de Netanyahou et de son régime de terrorisme d’État qui considèrent les réfugiés comme des « infiltrés ».

Malgré les attaques du journal Junge Welt à cause de mon soutien à la Turquie et à Erdoğan, l’un des rares  hommes d’État et politiciens occidentaux importants d’un État démocratique qui s’engagent pour la Palestine et la fin de l’occupation israélienne, je continuerai à le faire avec une conviction totale ! Je considère aussi la plate-forme d’information TRT-Deutsch comme un antipode important de certains sites d’information et de médias allemands et Junge Welt, ce journal de gauche, devrait se demander s’il ne contribue pas à ce que les Turcs se sentent de plus en plus mal à l’aise et indésirables en Allemagne. En tous cas, je me sens encouragée par cette « critique de gauche » qui ne fait que me montrer que je suis sur la bonne voie.

Jusqu’à maintenant, rien n’a changé dans le fait que les Palestiniens soient considérés comme un peuple sans droit à l’autodéterminations ni autres droits. Le peuple palestinien pacifique et intelligent n’est traité depuis plus de cent ans qu’avec arrogance et mépris raciste. Tous les plans sont faits à leur insu et ils doivent accepter. Et dans cette situation insupportable, les dirigeants palestiniens n’ont pas honte d’agir en collaborateurs obéissants des sionistes. Qu’est-ce que cela leur a apporté ? Seulement de plus en plus d’oppression, de vol de terres et de privation de droits. La tentative de criminaliser leur droit légitime à la résistance légale et de mettre cela en relation avec la « lutte chrétienne pour les valeurs » contre le terrorisme est particulièrement infâme. Cette « lutte contre le terrorisme » n’est rien d’autre qu’un prétexte pour agir contre les Musulmans et l’islam en tant que religion soi-disant terroriste et de présenter la « communauté judéo-chrétienne de valeurs » comme pacifique. Les guerres qui sévissent partout dans le monde en disent cependant long à ce sujet ! Tant de mensonges hypocrites sont difficiles à supporter et font le jeu des racistes chrétiens et juifs.

« Normaliser » la relation « particulière » avec l’État d’apartheid juif occupant !

Tant que des représentants du régime juif de terrorisme d’État comme Yuli Edelstein, le porte-parole de la Knesset qui se trouve actuellement en Allemagne, sont reçus par le président fédéral Steinmeier,  le président du Bundestag Schäuble, le ministre des Affaires étrangères « à cause d’Auschwitz » Maas et la présidente de la CDU encore en fonction et ministre de la guerre Kramp-Karrenbauer, et qu’on leur offre une large couverture médiatique avec des interviews dans des journaux nationaux comme le FAZ où ils peuvent déclarer que « Un État palestinien est absurde », qu’ils soutiennent l’annexion imminente de la vallée du Jourdain et les colonies (Israël dresse déjà des cartes avec les territoires annexés et le gouvernement fédéral se tait)  avec cette phrase significative « Demain, demain mais pas aujourd’hui disent tous les paresseux » ce qui ne doit pas devenir une devise sioniste, alors il est enfin temps de « normaliser » la relation « particulière » avec cet État juif d’apartheid occupant. Cela veut dire : pas de raison d’État allemande pour la sécurité de « l’Etat juif » tant que la Palestine est occupée et pas de  réception officielle pour des représentants de ces États qui ne respectent pas le droit international et les droits de l’homme. Pour la justice en Palestine, nous avons besoin de valeurs démocratiques et pas de valeurs « chrétiennes » hypocrites.

 

 

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: