Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Ou est l`appel a un changement dans „l`Etat juif“? Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

Commentaire du Hochblauen

Où est l’appel à un changement dans „l’État juif » ?

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 27 février 2019

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/wo-bleibt-die-forderung-nach-einem-wandel-im-juedischen-staat-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

 

Il est intéressant de constater que les politiciens allemands se sentent appelés à exiger des sanctions contre Maduro, le président vénézuélien légitimement élu. Manfred Weber, la tête de liste du parti populaire européen aux élections européennes déclare dans le journal Bild : « La communauté mondiale ne doit pas se contenter de regarder la situation dégénérer au Venezuela » et réclame une position commune de l’UE « qui ne recule pas devant des sanctions, en signe de cohésion des Européens ». David Mc Allister, chef de la Commission des Affaires étrangères au Parlement européen, a, à son tour, déclaré dans ce journal, « l’organe central de la démocratie » et « gangrène » des médias allemands : „La situation humanitaire au Venezuela est catastrophique et s’aggrave de jour en jour ». Précisément ce politicien sortant de la CDU s’est-il jamais intéressé à la situation catastrophique – depuis des années déjà – en Palestine ou à Gaza illégalement occupées ?

 

Du côté du putschiste

 

Graf Lambsdorff, l’expert du FDP en politique étrangère, ne veut pas regarder sans rien faire « comment Maduro affame son peuple ». Bien sûr, Paul Zimiak, le secrétaire général de la CDU ne veut pas non plus être en reste et condamne que « Maduro fait tirer sur les gens ». Naturellement Cem Özdemir, l’expert pour l’Extérieur des Verts, ne veut pas non plus rester à l’écart et réclame que l’UE fasse pression sur Maduro pour qu’il revienne sur sa position ; il exigea en outre du parti de gauche et de ses alliés européens qu’ils optent pour le peuple et contre la dictature de l’idéologie.

 

Cela nous montre une fois de plus à quel point ces politiciens ne sont pas dignes de confiance, car le silence de ces lâches hypocrites est plus qu’éloquent quand il s’agit de l’occupation illégale de la Palestine et des violations quotidiennes des droits de l’homme par Israël ; ils restent fidèles à « l’État occupant juif » ce qui est le point commun entre tous les partis, de la gauche à l’extrême-droite.

 

Il est effrayant de voir à quelle vitesse la politique allemande s’est rangée du côté du putschiste Guaidó, une marionnette des Etats-Unis qui n’hésite pas à inciter à une guerre civile et à une intervention américaine. Mais cela ne dérange pas la meute des « caniches » de Trump : les Allemands se laissent une fois de plus entraîner du côté de l’injustice, malgré l’expertise du Service scientifique du Parlement fédéral qui laisse peu de doute sur le fait que « la reconnaissance de Juan Guaidó par le gouvernement fédéral soit contraire au droit international ».

https://deutsch.rt.com/inland/83963-wissenschaftlicher-dienst-des-bundestags-anerkennung-guaidos-voelkerrechtlich-fraglich/

 

Tendance fatale au mépris du droit international

 

Contrairement à cette tendance au mépris du droit international, la chancelière Merkel souligne constamment qu’elle ne veut pas se mêler des affaires « intérieures » du régime sioniste quand il s’agit des violations du droit international et des droits de l’homme commises par l’État juif de puis des décennies. Mais, en moins de rien, elle répond présent pour s’ingérer au Venezuela ou en Syrie.

 

Après les expériences douloureuses avec les interventions états-uniennes en Amérique latine, les Vénézuéliens sont tout à fait en droit de refuser les livraisons américaines, précisément des Etats-Unis, car elles sont liées à des objectifs politiques sinistres. Pratiquement aucun de nos médias soi-disant de qualité n’informe sur les livraisons humanitaires par exemple de Cuba, de la Chine, de Russie, de l’Inde, de la Turquie.

 

 L’Ukraine n’a-t-elle pas également été victime de la politique d’intervention américaine, qui va encore nous accabler pendant des décennies ? Et qui a oublié le « Fuck the EU » de Victoria Nuland ? Comme elle a été empressée de s’incliner !

https://www.youtube.com/watch?v=WV9J6sxCs5k

 

Le chantage américain à la politique de sanctions contre le Russie et l’Iran est également fatal et nous ne devrions pas nous laisser faire car la Russie est et reste notre voisine naturelle. Les sondages montrent aussi un décalage flagrant entre la folie des dirigeants et l’opinion des électeurs gouvernés qui sont en majorité contre, mais qu’on n’écoute pas !

 

Hypocrisie éhontée et funeste cynisme

 

Merkel a été maintenant au Sommet de Charm el-Cheikh et a exigé des États arabes participants plus de tolérance et du changement et elle n’hésite pas de s’encanailler avec des dictateurs comme le hôte Al-Sissi et le roi saoudien : tant d’hypocrisie éhontée nous laisse pantois. Ce fut une prestation embarrassante de la part d’une UE qui se considère comme une « communauté de valeurs » mais qui s’est laissé mener par le bout du nez par des dirigeants douteux pour obtenir des promesses de coopération. Les droits de l’homme, la gouvernance démocratique et la participation de la société civile n’étaient plus à l’ordre du jour.

 

Il s’agit en réalité d’empêcher les réfugiés de venir chez nous et d’arrêter l’exode des pays arabes et africains. Mais la rencontre au Sommet se tait sur la question de savoir qui est responsable de cette situation comme nous la constatons en Syrie, en Libye, en Iraq ou au Yémen., à savoir l’ingérence et les interventions contraires au droit international. Il n’y a pas plus cynique que quand le ministre des Affaires étrangères Maas promet à la prochaine conférence des donateurs pour le Yémen une aide « substantielle » (100 millions d’euros ?) sans aborder la question de savoir qui sont les responsables et les profiteurs de ce génocide ! Nous ne pouvons que constater que les Etats-Unis qui apportent soi-disant le salut et la démocratie, poussent les populations désespérées à partir en mer sur des bateaux de réfugiés. Et l’OTAN n’est jamais rassasiée : encore plus d’armes, plus de guerres, plus de destruction, plus de morts et plus de perte pour l’humanité !

 

Si Merkel croit ne pas devoir tenir compte de tout cela, aborder un peu la question des droits de l’homme mais pas trop pour ne fâcher personne, ce sera la « politique de valeurs chrétienne sioniste » qui laissera pour toujours de mauvais souvenirs du mandat de Merkel. Elle a réussi à se mettre en scène en tant que « politicienne de compensation » alors qu’en réalité, elle mène une politique implacable en faveur de l’industrie, qu’il s’agisse d’assouplir les clauses pour les livraisons d’armement ou de l’augmentation du budget de l’armée. Nous sommes-nous demandé ce qu’il advient de toutes ces exportations d’armements et comment ils sont employés ? Les conséquences sont continuellement de nouvelles guerres et de conflits armés avec des millions de réfugiés.

 

Prestation minable d’un président de la Commission européenne

 

Quand al-Sissi demande effectivement à l’UE d’intensifier la lutte contre le terrorisme qui se propage comme un fléau, on peut vraiment se poser des questions, vu son propre terrorisme contre les critiques. En effet, il y eut un éclat quand on a demandé à al-Sissi s’il était conscient que l’UE n’était pas d’accord avec la situation des droits de l’homme dans son pays. Lorsque Ahmed Abou Ghaït, secrétaire général de la Ligue arabe, assura « qu’aucune des personnes présentes n’avait exprimé son mécontentement sur la situation des droits de l’homme, le président de la Commission de l’UE Juncker lutta pour obtenir la parole et précisa qu’on avait bien parlé des droits de l’homme. Bien rugi, et avec quelles conséquences ? Un nouvel approfondissement de la coopération dans la lutte contre « le terrorisme et les terroristes » ? Quelle minable prestation d’un président de la Commission européenne !

 

Dans ce contexte, je me demande ce qu’il se serait passé s’il s’était agi d’une conférence dans « l’État juif » : l’expression « droits de l’homme » aurait-elle été prononcée ? Le régime de Netanyahou n’aurait-il pas immédiatement annulé la conférence ? Tant d’hypocrisie éhontée est déconcertante.

 

Soutien du régime sioniste de droite et de la politique de coup d’État des Etats-Unis

 

Tous ces politiciens, ont-ils jamais réclamé un changement dans « l’État d’occupation juif » ? En aucune façon, car le régime sioniste peut impunément pratiquer une politique de nettoyage ethnique sans pareille. On constate que les régimes et les structures de droite sont courtisés alors que ceux supposés de gauche sont dénigrés. Nous avons une situation qui devrait beaucoup nous préoccuper. Si de telles tendances règnent dans l’ensemble de l’UE et au Parlement européen, alors, Europe, bonjour les dégâts! Si le « socialisme démocratique » qui, en fin de compte, a apporté la liberté aux États d’Amérique due Sud et d’Amérique centrale devient ennemi déclaré grâce à la politique de putsch et de changement de régime des Etats-Unis et que l’Europe et précisément l’Allemagne, soutiennent cette politique irrespectueuse de la dignité humaine, nous devons enfin réagir. Nous devons empêcher les politiciens de droite et d’extrême droite de s’emparer du pouvoir et d’éliminer complètement une gauche qui s’est malheureusement déjà affaiblie elle-même.

 

Ne s’agit-il pas en réalité des intérêts économiques occidentaux, en particulier des Etats-Unis au Venezuela et à son pétrole et de la diabolisation de la Gauche ? Il semble que cette fois-ci la tentative de coup d’Etat menée par les Etats-Unis au Venezuela échoue, la fin lamentable d’une « révolution par coup d’état » planifiée et menée par les Etats-Unis. Mais le gouvernement de Trump et de Pompeo va-t-il céder ? Le président par intérim autoproclamé, ne s’est-il pas mis hors jeu en gardant « toutes les options ouvertes » pour encore mener à bien sa tentative de coup d’État ? Une preuve supplémentaire que les Etats-Unis et ses alliés ne s’intéressent qu’à la richesse pétrolière et peu au peuple.

 

La chape de silence sur les crimes de « l’État juif »

 

Il y a eu dans le monde entier une vague de solidarité pour le Venezuela comme je la souhaiterais aussi pour la Palestine. On peut se demander pourquoi, une fois encore, Roger Walters, sympathisant de la Palestine et partisan du mouvement BDS, est le seul artiste célèbre qui ait protesté. Où sont les intellectuels et les artistes, particulièrement en Allemagne, qui s’engagent aussi pour les droits de l’homme des Palestiniens et contre l’occupation de leur patrie ? Depuis l’infâme campagne contre Günter Grass, la dernière voix honorable allemande, le silence règne ! Nous assistons au contraire à des représentations plus qu’embarrassantes de chanteuses qui fredonnent leurs banales chansonnettes pour Israël. Cette république est si blasée et si futile que ses talk-shows et ses informations « passées au crible ». Les informations du journal télévisé sont insipides et parlent plutôt de football que des meurtres hebdomadaires et des assassinats d’enfants de la « plus morale » de toutes les « armées de défense » juives à la frontière de la bande de Gaza illégalement occupée. Alors que le journal israélien Haaretz publie quotidiennement des articles très critiques, n’hésite pas à écrire la pure vérité et nomme clairement les crimes de l’État par leur nom, nos médias couvrent avec bienveillance les crimes de « l’État juif » avec le voile du secret.

 

Mais cela devient criminel quand tout ce qui concerne la critique de « l’État juif » est considéré comme antisémitisme et qu’on n’épargne même pas les critiques juifs – comme actuellement l’organisation « Jüdische Stimme für gerechten Frieden in Nahost » (Voix juive pour une paix juste au Proche-Orient » – qui ont la droiture de s’engager pour la liberté de la Palestine et la fin de l’occupation. Défendre le droit international et la paix ici signifie qu’il faut s’attendre à des représailles massives. Ce n’est pas compatible avec la Loi fondamentale et la liberté d’opinion mais rappelle l’époque où les Juifs avaient déjà été une fois marginalisés et diffamés en Allemagne. Avec cette forme de nouvelle haine des Juifs, des fonctionnaires juifs et des politiciens sont à la même enseigne.

 

Manfred Weber, la tête de liste du parti conservateur EVP (Europäische Volkspartei) ne réclame pas la fin de l’occupation illégale de la Palestine, mais tout simplement un pacte européen contre la haine des Juifs, tout comme la « Voix de son maitre » Josef Schuster. S’il était élu en tant que président du Conseil de l’Union européenne, il y aurait des soucis à se faire car ce serait un pas de plus vers la fin de la liberté d’opinion et le silence éternel au sujet de la terreur sioniste en Palestine illégalement occupée.

 

La libéralité et la liberté d’esprit laissées au vestiaire du Conseil central

 

Christian Lindner, le président du FDP, en rajoute et colporte, comme Schuster le requiert, que l’antisémitisme apparaît sous le couvert de la critique à Israël et il exige l’arrêt du financement des ONG qui soutiennent le BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions). Il est difficilement concevable que Lindner et le FDP arrivent à un « taux à deux chiffres » avec de telles revendications « antilibérales », car de telles thèses n’attirent pas d’électeurs libéraux et certainement pas ceux qui accordent de l’importance au droit international.

 

L’opinion de cet étrange libéral Christian Lindner, ne joue aucun rôle pour nous car Federica Mogherini, haute représentante de l’UE, confirme le droit au BDS : «L’UE protège la liberté d’opinion et de réunion conformément à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, qui est applicable sur le territoire de tous les États membres, y compris pour les mesures BDS appliquées sur le territoire ».

http://bds-kampagne.de/2016/10/28/hohe-vertreterin-der-eu-frederica-mogherini-bestaetigt-das-recht-auf-bds/

http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/19/075/1907560.pdf

 

Ce FDP qui, sous la pression de lobbyistes, laissent sa libéralité et sa liberté d’esprit au vestiaire du Conseil central, est vraiment minable.

 

 

 Israël : un Etat raciste d’apartheid que l’on doit protéger contre lui-même

 

On essaie constamment par des mensonges de trainer dans la boue le mouvement non-violent de boycott qui connaît du succès. Cela n’a rien à voir avec « N’achetez pas chez les Juifs » mais avec : « La société civile palestinienne appelle au boycott, au retrait des investissements et aux sanctions contre Israël jusqu’à ce qu’il respecte le droit international et les principes universels des droits de l’homme ». Le Conseil central n’interdit pas encore de lire ce document important et de se faire sa propre (!) opinion.

http://bds-kampagne.de/aufruf/aufruf-der-palstinensischen-zivilgesellschaft/

 

Entre-temps, même les deux puissantes organisations américaines pro-israéliennes, l’AIPAC et l’AJC, se dégonflent parce qu’elles se doutent des dégâts que cause la politique du régime de droite de Netanyahou. On ne peut l’exprimer plus clairement que le journal Welt : « Elles ont constamment apporté un soutien stratégique important à l’État d’Israël grâce à leur influence auprès du Congrès américain. ».´En effet, Israël est un État raciste d’apartheid qui doit être protégé contre lui-même.

https://www.welt.de/politik/ausland/article189377953/Israel-Netanjahus-gefaehrlicher-Deal-mit-der-rassistischen-Partei.html

 

Cela n’est malheureusement pas arrivé jusqu’aux oreilles du « gouverneur allemand de l’État juif », Josef Schuster. Il a le culot de critiquer le Président fédéral Steinmeier pour avoir adressé ses félicitations au président iranien Rohani à l’occasion du 40ème anniversaire de la Révolution islamique – « aussi au nom de ses compatriotes » – En fait, Frank-Walter Steinmeier, en tant que Président fédéral, n’a fait que suivre des coutumes diplomatiques, ce qu’on attend d’un président fédéral. Ce que Schuster s’est permis là est d’une impertinence sans pareille. Il trouve qu’il manque des mots « clairs » de critique et prétend parler au nom des Allemands. Non, il parle au nom de « l’État juif », ce qui est insupportable et démontre la dépendance du Conseil central des Juifs vis-à-vis de « l’État juif ». Imaginons à l’inverse que Steinmeier, en félicitant « l’Etat juif » à l’occasion de son 70ème anniversaire, ait critiqué la violation des droits de l’homme et du droit international et exigé la fin de l’occupation illégale ? Quel tollé cela aurait suscité de la part de Schuster, le Président allemand aurait sûrement été promu au rang d’antisémite « suprême » ! À l’adresse de Steinmeier : cela n’a pas été payant de caresser « l’État juif » dans le sens du poil, ce comportement du Conseil central va peut-être enfin favoriser un « revirement de pensée » au château de Bellevue.

https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/josef-schuster-zentralrat-der-juden-kritisiert-steinmeier-telegramm-60342870.bild.html

 

Se défendre contre toute forme de calomnie

En ces temps d’anti-islamisme et de haine contre les Musulmans, les réfugiés et les migrants, nous devons nous défendre ensemble contre toute calomnie. Quand va-t-on enfin appeler à un changement dans « l’État juif » ?

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: