Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Sur la mauvaise voie! Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

Sur la mauvaise voie! 

 

– Comment l’Allemagne sous Merkel devient un pays judéophile, intolérant et islamophobe 

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 20 juin 2018

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/der-falsche-weg-wie-sich-deutschland-unter-merkel-zu-einem-philosemitischen-und-intoleranten-islam-hassenden-staat-entwickelt-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

 

Lors de sa visite à Berlin, le criminel de guerre Netanyahou, aux côtés de la chancelière, a exigé avec son arrogance habituelle que l’Allemagne suive enfin l’exemple des Etats-Unis de Trump et mène une politique plus sévère envers le « régime des mollahs » pour éliminer l’Iran en tant que soi-disant « principal sponsor » des activités terroristes. L’Allemagne devrait en outre s’inquiéter des actions de l’Iran en Syrie parce qu’il essaie d’y étendre massivement sa présence militaire, « directement à la porte d’Israël ». Netanyahou mit en garde contre le fait que cela déclencherait une « guerre religieuse » avec pour conséquence « plus de réfugiés », et tournant un regard sardonique vers Merkel : « Et vous savez bien où ils vont ! » Il est bien placé pour dire ça ! Le 14 juin, l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm SIPRI a rapporté qu’Israël faisait partie des neuf États qui, début 2018, possédaient environ 14.465 armes nucléaires. Contrairement à l’Iran, cet État d’occupation ostensiblement agressif n’est pas enclin à montrer ses cartes et n’accepte pas d’être contrôlé. Pas un mot de Merkel à ce sujet non plus.

 

Remettre le chef de gouvernement d’extrême-droite à sa place ?

Pas question !

 

Merkel a gardé le silence au lieu de remettre ce chef de gouvernement d’extrême-droite à sa place et de le battre à son propre jeu. Elle aurait dû lui parler de la politique à l’égard des réfugiés dans « l’État juif » où pratiquement aucune demande d’asile n’est accordée, surtout pas aux réfugiés noirs ou autres « infiltrés » comme le régime de Netanyahou a l’habitude de les appeler. Non, Madame Merkel, nous ne voulons pas d’israélisation de l’Allemagne !

 

Pourquoi est-ce que je reviens sur cette visite inqualifiable ? Parce qu’elle a exactement démontré que Merkel avec sa politique hypocrite se comporte de façon analogue à Netanyahou avec la sienne. Merkel, la « sioniste chrétienne » qui aime tant se montrer sur des selfies comme « Maman des réfugiés » et savoure son « auréole protestante » pour son acte politique désintéressé et sa formule « Nous y arriverons », nous met tous dans l’embarras ; elle a semé le désordre en Europe et l’a divisée.

 

Quand Merkel a décidé en 2015 d’ouvrir les frontières à des centaines de milliers de migrants, ce fut une décision solitaire comme elle en avait déjà prises beaucoup sur le plan national. Déjà à l’époque, elle a agit unilatéralement à ce niveau, ce qu’elle rejette aujourd’hui, trois ans plus tard. Mais cette fois-ci, cela concerne l’Europe et plusieurs pays n’ont pas joué le jeu parce qu’ils se sont sentis pris de court. Elle qui fait toujours appel à la solidarité des pays européens, refuse cette solidarité. La femme « la plus puissante du monde » à l’époque, se sentait très sûre d’elle mais jusqu’à présent, elle n’a pas réussi à imposer « sa solution européenne ». Comment peut-on trouver une solution avec des pays islamophobes comme la Hongrie et la Pologne, s’ils refusent d’accueillir des Musulmans ? Si elle emploie maintenant une politique de séduction avec des gouvernements populistes d’extrême-droite pour sauver son poste de chancelière, c’est aussi blâmable que ses deals avec la Libye. À cet égard, Merkel est toujours restée fidèle à elle-même avec ses initiatives individuelles, à commencer par sa politique environnementale hypocrite jusqu’à ses contacts avec l’industrie automobile, sans parler de sa stratégie militaire.

 

Déjà en 2012, Merkel a soutenu l’exportation d’armes en tant qu’instrument possible pour le maintien de la paix. « Quiconque se sent moralement dans l’obligation de maintenir la paix, mais ne peut pas assumer un rôle actif partout dans le monde, est appelé à aider des partenaires dignes de confiance pour qu’ils accomplissent des tâches appropriées » : citation de la chancelière lors d’un congrès de l’Armée fédérale à Strausberg, près de Berlin. Son but n’était pas seulement d’encourager d’autres pays er d’autres organisations mais aussi de leur permettre de résoudre les conflits grâce à la « formation et à l’aide par l’équipement ».

 

Dans ce contexte, le sujet de prédilection de Merkel ne devait pas non plus manquer: la référence au « respect des valeurs fondamentales » et, encore mieux, « pas de relâchement de nos directives restrictives pour l’exportation d’armes » ou « d’affaiblissement de l’importance des droits de l’homme qui doivent toujours rester des critères d’évaluation ».

 

Des affaires d’armement avec des « partenaires dignes de confiance »

 

En effet, le jugement de Merkel n’a pratiquement pas changé depuis, seulement empiré. Les affaires d’armement avec des « partenaires dignes de confiance » sont, par exemple, la livraison de chars allemands à l’Arabie Saoudite ainsi que la livraison de sous-marins pouvant être équipés d’armes nucléaires à « l’État Juif » ou encore des deals de milliards d’euros pour des drones à l’étoile de David pour l’Armée fédérale qui possède beaucoup d’équipement défectueux mais utilisera bientôt des drones de combat juifs. Ce ne sont que deux des « partenaires particulièrement dignes de confiance » de la chancelière.

 

Merkel mise sur une armée forte puisque, pour l’Allemagne en tant que plus puissante économie nationale d’Europe, l’armement commun en « largeur et profondeur » est extrêmement important et les pays voisins pourraient s’arrimer à l’Armée fédérale avec leurs capacités militaires

 

J’ai une impression de déjà-vu : 79 ans seulement après la guerre d’agression meurtrière déclenchée par l’Allemagne hitlérienne au siècle dernier, l’Allemagne impose des sanctions à la Russie et dirigera bientôt une force de l’OTAN de 30 000 hommes qui sera stationnée à Ulm. Presque quotidiennement, les médias publics inculquent au citoyen ordinaire allemand qu’il faut avoir quelque chose pour contrer « la menace russe ». La seule „menace“ que je vois en ce moment, serait une victoire sur l’Allemagne si les équipes de football russe et allemande se rencontraient dans un match de la Coupe du monde.

 

D’après des participants à la dernière réunion du bureau confédéral du parti chrétien-démocrate CDU, Merkel s’est vantée d’avoir organisé, en seulement trois jours, avec la ministre de la défense, notre Ursula von der Leyen nationale, une mission de l’OTAN pour la surveillance de la Mer Egée. « Pour cela, nous avons besoin d’un gouvernement fédéral efficace et d’un mandat fort pour moi.» Tout sous la direction de Merkel ! Quand Merkel se réfère constamment à la raison d’État allemande pour la sécurité de « l’État juif » mais qu’elle veut aider à la sécurité de la Palestine en soutenant inconditionnellement les forces d’occupation par des cadeaux d’armement de l’Allemagne, cela est aussi hypocrite que pratiquement toute sa politique de chancelière. En effet, tous les citoyens allemands devraient considérer la Shoah et la Seconde guerre mondiale comme une obligation de ne pas recourir à l’armée mais au désarmement et au dialogue d’égal à égal, en particulier avec la Russie. Mais c’est exactement le contraire qui se produit.

 

Ni la paix, ni la guerre ni les réfugiés ne jouent un rôle pour Merkel. En réalité, sa politique, comme celle de Netanyahou, de Trump ou de l’Arabie Saoudite, aggrave le problème des réfugiés. Entre-temps, le nombre de réfugiés dans le monde est passé à environ 70 millions à l’heure actuelle, avec une tendance à la hausse. De même, la politique de l’UE qui vend sans égards ses produits aux pays les plus pauvres du monde, détruit l’économie, en particulier des États africains. Avec cette politique destructive, l’UE produit pour ainsi dire de la pauvreté et des réfugiés de guerre.

 

La république allemande se transforme – à notre détriment à tous

 

En effet, où voulaient et veulent aller les réfugiés ? En Allemagne ! Netanyahou a tout à fait raison et ne doit pas se faire de soucis, Merkel y arrivera ! Elle conclura des accords avec quelques pays européens, essayera de les appâter avec des mesures financières incitatives mais elle n’arrivera pas à un accord décisif. Elle est traquée par la CSU, l’AfD, une partie de la CDU et même du FDP qui essaient franchement de profiter de sa politique qui a échoué. Merkel a vraiment réussi à changer la république, à notre détriment à tous.

 

Ce ne sont pas les réfugiés qui sont responsables de cette tragédie, mais sa politique manquée. Ce serait très grave si précisément les populistes de droite allemands et européens, à leur tête l’AfD, pouvaient faire leur miel de ce dilemme. Mais tous ont un point commun dans leur politique : quoi qu’il arrive, ils se rangent toujours du côté des « occupants juifs ».

 

Merkel est comme un sphinx qui manque de sensibilité – ou de véritable compassion. Toute sa politique est, et a toujours été axée sur sa soif de pouvoir. Particulièrement pour moi, en tant qu’Allemande qui lutte pour la liberté de la Palestine et contre l’occupation juive illégale de la Palestine, il est douloureux de constater que, sous Merkel, l’Allemagne s’est transformée en un État judéophile, intolérant et islamophobe.

 

N’avons-nous pas toujours eu une Allemagne plus ou moins tolérante et multiculturelle ? En effet, les magasins turcs, grecs ou italiens ont été pour nous tous un enrichissement. Les touristes allemands, en particulier, se sont rendus en grand nombre dans ces pays, s’y sont sentis à l’aise et ont apprécié l’hospitalité accueillante. Entre-temps, la marginalisation ne touche plus seulement les musulmans mais aussi les critiques d’Israël et les partisans de la campagne mondialement active et efficace du BDS qui ont aussi un point commun : grâce à la politique pro-israélienne de Merkel, on en fait des antisémites !

 

Nous sommes sur la mauvaise voie !

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: