Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Visite du criminel de guerre tristement repute Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

Visite du criminel de guerre tristement réputé

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du Hochblauen 6 juin 2018

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/der-besuch-des-beruechtigten-kriegsverbrechers-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction : Christiane Reynaud

 

Berlin a été transformée en zone de haute sécurité : rues barrées, espace aérien et voies fluviales bloqués. On juge cette opération appropriée pour la visite du célèbre roi de l’occupation Bibi et de son épouse Sara qui sont toujours les bienvenus à Berlin. La raison d’État de Merkel ne permet pas de critiquer ce régime d’occupation aux dépens d’un peuple privé de ses droits ni la tuerie barbare de civils qui protestent dans la prison à ciel ouvert bouclée appelée Gaza, qui fait plutôt penser à un camp de concentration. La conférence de presse de Merkel et Netanyahou sur la chaîne Phoenix m’a laissée un moment pantoise : Merkel et Bibi avaient coordonné leurs vêtements : La chancelière était habillée aux couleurs d’Israël, assorties à la cravate bleue de Netanyahou. Elle a sûrement par là voulu souligner son partenariat inconditionnel et fidèle, un signe pour les médias. La joie que cette rencontre avec le criminel de guerre Netanyahou procurait à Merkel rayonnait à travers chaque boutonnière de sa veste « bleue-Israël ». Et elle ne se laisse pas gâcher cette joie par les plus de cent manifestants non-violents assassinés à Gaza.

(1) https://www.youtube.com/watch?v=t523xjEXnqU

 

Au contraire, Merkel se réjouit déjà d’avance des prochaines consultations gouvernementales le 4 octobre en Israël où elle ira suivie, en plus du cabinet ministériel, d’une délégation économique de haut rang pour renforcer la coopération économique avec l’État occupant. Elle raffole des drones israéliens que l’armée fédérale avait achetés pour des milliards d’euros car ils avaient été très utiles pour la sécurité au Mali.

 

Merkel a souligné plusieurs fois combien la sécurité d’Israël lui tient à cœur et, que celle-ci aussi est raison d’État en Allemagne. Le danger émanant de l’Iran serait « le plus grand défit pour la sécurité d’Israël ». Malgré des points de vue différents sur l’accord nucléaire avec l’Iran, elle veut employer toute son influence pour repousser les ambitions militaires de l’Iran. Elle loua l’alliance entre l’Allemagne et Israël.

 

Netanyahou continue de faire campagne contre l’Iran

 

Une fois de plus, Netanyahou a eu l’occasion de dépeindre le danger que représente soi-disant l’Iran. Depuis des années, ce criminel de guerre fait campagne pour une guerre contre un pays qui, jusqu’à présent, n’en a pas attaqué d’autre militairement – contrairement à Israël qui abat des manifestants pacifiques « devant sa propre porte », vole des terres, dont les avions survolent chaque jour le Liban et qui bombarde la Syrie quand l’envie lui en prend.

 

Le Premier ministre menteur nous laissa ahuris et embarrassés quand il déclara que l’Iran veut déclencher une guerre de religions, qu’il veut par sa présence en Syrie y établir un État chiite – et, écoute bien, Allemagne ! – « la conséquence en sera plus de réfugiés et vous savez très bien où ils vont »… Ce qui est sûr, c’est que l’Iran n’est pas le pays qui menace « d’avaler un pays après l’autre » car, contrairement à cette affirmation douteuse, c’est Israël, le pays sans frontières définies, qui avale jour après jour un peu plus de la Palestine.

(2) https://www.zeit.de/politik/2018-06/benjamin-netanjahu-berlin-angela-merkel-iran-syrien-praesenz-sorge

 

Netanyahou et Merkel étaient d’accord que l’Iran ne doit pas arriver jusqu’à « la porte d’Israël », sinon la sécurité d’Israël serait en danger. Personne parmi les représentants des médias n’a demandé pourquoi Israël, en tant qu’un des acteurs principaux de la guerre en Syrie qui a aussi joué une grand rôle dans son déclenchement (tout comme en Iraq), se permet d’enfoncer des portes de maisons d’autrui et de survoler arbitrairement un espace aérien étranger avec ses F-35 et ses drones. Israël avait déjà fait campagne pour la guerre contre l’Iraq et c’est un fait que Netanyahou tient absolument depuis des années à attaquer l’Iran, ce que ses propres officiers ont pu empêcher. Comme à toutes ses conférences de presse, cet homme n’a usé qu’une propagande mensongère. Il est toujours prêt à la guerre et la destruction.

 

Il se vanta de ses bons contacts avec des États arabes, il voulait dire avec son « jumeau », l’autre État de zélateurs religieux et principal sponsor d’activités terroristes dans le monde, l’Arabie Saoudite qui commet en ce moment un génocide au Yémen. Mais la dite « communauté de valeurs » ne s’inquiète pas de ça parce que ce pays est l’adversaire principal de l’Iran et qu’il fait cause commune avec le régime de Netanyahou. Deux régimes dangereux qui n’ont qu’un but, détruire l’Iran, se sont bien trouvés ! Mais quand ce sera fait, suivra certainement, comme nous l’avons vu après la guerre d’Iraq , la souveraineté totale pour le « petit État menacé, encerclé par des ennemis » comme troisième larron qui sera encore un peu plus prés de son but des temps passés, Israël du Nil jusqu’à l’Euphrate.

 

Le racisme de l’apartheid ronge le cœur des Israéliens comme une tumeur cancéreuse

 

Netanyahou se moque du tweet de Khamenei qui qualifie Israël de tumeur cancéreuse qu’il faut opérer. Je trouve l’indignation générale à ce sujet hypocrite car nous pouvons voir que toujours plus de colonies illégales s’installent en Palestine occupée et comment la revendication de Ben Gourion en 1937, « Nous devons expulser les Arabes et prendre leur place », se réalise sans qu’il y ait une telle indignation mais au contraire consentement tacite. Effectivement, le racisme de l’apartheid ronge le cœur des Israéliens comme une tumeur cancéreuse avec des métastases. (A.B. Yeshuha)

(3) https://twitter.com/khamenei_ir/status/1003332853525110784

 

(4) https://www.das-parlament.de/2010/32_33/Themenausgabe/30783961/309204

 

 (5) www.3sat.de/mediathek/?mode=play&obj=74027

 

Naturellement, on se pose la question pourquoi des politiciens et des représentants des médias se laissent duper et persuader d’une « menace ». Après tout, c’est « l’État juif » qui est en possession d’armes atomiques et il ne peut évidement pas être question que cet État soit menacé ! Et personne n’exige une inspection par l’Agence internationale de l’énergie atomique IAEA. C’est vraiment du toupet que l’agresseur israélien armé jusqu’aux dents attende que l’Iran se laisse massacrer sans être armé.

 

Netanyahou mentit effrontément devant la caméra avec sa « main tendue » pour la paix en Palestine et ridiculisa Madame Merkel avec son éternelle litanie de la « solution à deux États », car, avec la persistance de Netanyahou à proférer que les Juifs ont reçu le droit « messianique de Dieu de coloniser toute la Palestine, cette solution est depuis longtemps caduque. On sait en effet depuis longtemps que des centaines de milliers de colons « messianiques » se sont profondément incrustés en territoire arabe. Et le mythe biblique de la « terre promise » qui, en réalité, est habitée depuis des siècles par un peuple ne doit jamais s’élever au-dessus du droit international ! Les Juifs n’ont certainement pas de « droits historiques » à la patrie d’Abraham, un personnage mythique biblique et non réel, où des Juifs auraient vécu il y a des milliers d’années. Et il est évident que les Palestiniens ne brûlent pas « nos champs et n’assassinent pas nos colons juifs », car c’est exactement le contraire : les oliveraies palestiniennes sont arrachées, les récoltes détruites, les terres volées ou ravagées. On ment sur des enfants palestiniens utilisés comme boucliers humains mais on ne trouve pas qu’il vaille la peine de parler des centaines d’enfants et d’adolescents qui ont vraiment été assassinés ou sont enfermés dans des prisons israéliennes. Mensonges sur mensonges devant les représentants tacites des médias et une chancelière qui ne fait même pas mine de protester contre ces mensonges effrontés bien qu’elle soit bien placée pour être mieux informée. En effet, la semaine dernière, le gouvernement fédéral s’est montré « très inquiet » qu’Israël veuille évacuer et démolir le village bédouin de Khan-al-Ahmar situé entre Jérusalem et la colonie juive Ma’aleh Adumim et déplacer de force les habitants. De cette façon, la réalisation de la « solution à deux États » est com. Pas un mot de la chancelière Merkel sur ce sujet à la conférence de presse. Rien ne devait gâcher l’harmonie.

 

Pour couronner le tout, Netanyahou avança la comparaison complètement abstruse qu’on avait reconnu Berlin comme capitale après la réunification en 1990. Israël s’est maintenant pris ce droit car chaque pays serait libre de prendre cette décision et de choisir sa capitale. Merkel répondit lapidairement que, d’après la résolution des Nations-Unies, ce droit ferait l’objet de futures négociations. Mais elle n’a pas dit que la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël enfreint manifestement le droit international. Elle a sinon vite fait de sanctionner une violation du droit international quand il s’agit de la Russie, alors que justement dans le cas de la Russie et de la Crimée, il existe des jugements du droit international contraires !

 

L’hypocrisie de la politique allemande et israélienne impitoyablement démasquée

 

Cette conférence de presse avec des « porteurs de kippa » parmi les représentants des médias a été un spectacle plus que ridicule qui a impitoyablement démasqué la politique allemande et israélienne comme hypocrites et exclusivement tournées contre les intérêts des Palestiniens et aussi contre l’Iran qui n’a encore attaqué militairement aucun autre pays ! C’était une honte qui rend tous les spectateurs furieux qu’on a voulu une fois de plus prendre pour des imbéciles. Nous n’avons rien de bon et pas de paix à espérer de tels gouvernements.

 

C’est une chose que Merkel ait laissé tous les mensonges évidents sans commentaire mais c’en est une autre que les « représentants de la presse » présents ne les aient pas récusés et cela en dit long sur l’état des médias qui, quand il s’agit de la Russie, sautent sur n’importe quel mensonge aussi abstrus et ridicule qu’il soit pour faire de ce pays un sombre tableau et toujours lui donner la faute avec cette litanie : « Poutine, Poutine, Poutine ». Et soudain les grands médias sont particulièrement courageux dans leur campagne de dénigrement ! Il n’y a donc rien de bien étonnant au fait que dans toute l’assemblée de journalistes présents, un seul posa des questions critiques, entre autres sur le programme nucléaire d’Israël qui se procurait les moyens de manière illégale et les employait sans aucun contrôle. Mais cette question resta sans réponse et Merkel et Netanyahou quittèrent les lieux sans se laisser décontenancer !

 

On ne parla pas de Gaza et du massacre des manifestants les dernières semaines, où plus de 120 personnes ont été perfidement abattues par des tireurs d’élite de « la plus morale de toutes les armées de défense » : parmi les victimes il y a eu des enfants, des femmes, des secouristes ( !) et des journalistes. Parmi ces tireurs d’élite, quelques uns ont mis en doute leur opération car ils savaient pourquoi ils allaient à la frontière de Gaza, à savoir pour tuer ; pas seulement pour défendre l’occupation illégale mais pour briser avec brutalité toute résistance légitime contre le verrouillage contraire au droit international et l’occupation. Les habitants de Gaza, dans leur désespoir, n’ont rien d’autre à perdre que leur vie. La cause du mal n’est pas le Hamas, comme les médias veulent toujours nous le faire croire ici, mais ce sont les occupants juifs. Le Hamas n’est pas un parti terroriste mais, tout comme le Hezbollah, un gouvernement de résistance élu démocratiquement.

 

Que fait le manque de perspective avec les jeunes ? Il les rend dépressifs. Pourquoi le taux de suicides est-il si extrêmement élevé à Gaza ? Parce que 99 % des reclus ne peuvent plus quitter ce camp de concentration. Le régime brutal terroriste de Netanyahou refuse la permission de sortir même aux jeunes qui ont obtenu une bourse d’études à l’étranger, une invitation d’organisations étrangères ou ont des proches malades ou mourants. Une telle brutalité est unique au monde. Il faut pour cela manquer totalement de scrupules comme le font maintenant les anciennes victimes devenues des criminels brutaux. Est-ce ça les « valeurs judéo-chrétiennes » qu’on évoque sans cesse ? On parle de plus de 500 suicides, principalement des jeunes qui s’immolent par le feu, se suicident et dont les parents sont soignés dans des centres psychologiques privés. Des jeunes, la plupart chômeurs, qui s’abrutissent t avec l’antalgique Tramadol du laboratoire Grünenthal, propriété de la famille Wirtz, qui entretient des relations dans le monde entier. Grünenthal est le nom qui reste à jamais lié au scandale du thalidomide, un record d’insouciance de la médecine pour le profit.

 

Le blanchiment allemand des les torts commis par Israël

 

Ce désespoir ne devrait pas nous laisser indifférents car ces circonstances ont aussi été rendues possibles par le soutien bienveillant, aussi sur le plan financier, du régime occupant par l’Allemagne. Alors que l’UNWRA, L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, aide les habitants avec des vivres, entretient des écoles et essaie de soulager un peu la misère, le gouvernement de Merkel continue de fantasmer sur le soi-disant droit à l’auto-défense des occupants et blanchit les crimes.

 

Grâce à Trump et à Netanyahou ne règne en ce moment qu’une politique qui crée des faits accomplis et annule tout. Dans ce contexte, le nouvel ambassadeur américain à Berlin, Richard Grenell, mène sa propre politique américaine et somme les Allemands de voter pour les conservateurs car la Gauche aurait échoué. Il veut recevoir mardi le chancelier autrichien Kurz dans sa résidence, une affaire unique qui montre la nouvelle agressivité des relations transatlantiques. Il a aussi rencontré Netanyahou à l’aéroport avant son départ de Berlin. L’Allemagne devrait enfin réviser sa relation avec les Etats-Unis et avec « l’État juif » et se tourner à nouveau vers d’autres partenaires, comme notre voisine la Russie. Ce n’est pas sans raison qu’Israël et les Etats-Unis se retrouvent isolés du reste du monde, de la Russie, de la Chine, du Japon et de l’Europe, après la résiliation de l’accord nucléaire avec l’Iran. Mais cet important revirement ne peut pas avoir lieu avec Merkel.

 

Mardi 5 juin 2018, la journée de la Naksa commémorera pour la 51ième fois la guerre de juin 1967 où encore 300.00 Palestiniens ont dû fuir de leur pays. Cela avait cimenté définitivement l’occupation de la Palestine, après la Nakba de 1948 où 750.000 Palestiniens avaient été expulsés, la deuxième césure décisive pour le peuple palestinien privé de ses droits.

 

Ainsi se termina la visite du criminel de guerre tristement réputé, comme on pouvait s’y attendre, comme une conférence de presse pour la propagande israélienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: