Des Juifs exigent des démissions – ou „la voie est pavée de cadavres“ Evelyn Hecht-Galinski Traduction: Christiane Reynaud

 

Des Juifs exigent des démissions – ou „la voie est pavée de cadavres“

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 29 avril 2020

Texte original: http://sicht-vom-hochblauen.de/juedische-ruecktrittsforderungen-oder-leichen-pflastern-seinen-weg-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction: Christiane Reynaud

 

Lorsque le Conseil central des Juifs et son président ainsi que le commissaire du gouvernement fédéral à l’antisémitisme vont à la „chasse aux antisémites“ il faut  être sur ses gardes. Quiconque se trouve sur leur „liste noire“ n’est plus sûr de son poste, de pouvoir tenir des discours d’inauguration, d‘apparaitre en public ou d‘avoir d‘autres activités. Les termes „antisémitisme“ et „antisémite“ sont maintenant devenus des armes du lobby pro-israélien qui les utilise contre tous ceux qui osent critiquer Israël ou soutenir le mouvement critique BDS  ou bien qui osent louer l’objectif du BDS de mettre fin à l’occupation sempiternelle israélienne contraire au droit international. Cela n’a rien à voir, bien entendu, avec la „haine des Juifs“ – la définition habituelle de l’antisémitisme –.  Il s‘agit de faire taire les militants des droits de l’homme qui élèvent leur voix contre le vol systématique des terres par Israël et contre les crimes contre le droit international par un État fondé sur l’annexion et les crimes contre les droits de l’homme.

Soutien inconditionnel de « l’État juif » aux frais du contribuable allemand

Ce soutien inconditionnel du Conseil central des Juifs, un organisme public financé par les contribuables allemands, est inadmissible. Il s’agit, après tout, de soutien pour un État qui viole continuellement le droit international, et qui est de toute évidence opposé à une solution à deux États – même si le gouvernement allemand qui soutient tacitement en toute fidélité la politique israélienne d’occupation inhumaine envers les Palestiniens, y adhère du bout des lèvres. On trouve ce comportement chez la chancelière, le Président fédéral et le ministre des Affaires étrangères en passant par des politiciens de TOUS les partis. Je ne peux que sans cesse répéter que l’Holocauste ne justifie pas tous les moyens, mais est plutôt une raison de se retourner fermement contre « l’État juif » et sa politique d’annexion et d’apartheid contraire au droit international. Nous en sommes aussi éloignés que d’un vaccin contre le coronavirus.

Les délits racistes contre les Musulmans disparaissent dans le tapage contre l’antisémitisme

Nous devrions également nous inquiéter de l’augmentation des délits racistes de droite contre les Musulmans, qui disparaissent dans le tapage contre „l’antisémitisme“. Des « Juifs » et leurs « sayanim chrétiens sionistes » sont champions dans l’art de se mettre en scène et de détourner l’attention du racisme de « l’État juif ». Le Conseil central et son président sont devenus un pouvoir qui s’immisce dans tous les domaines de la vie publique et formule des revendications. Il serait grand temps de réfléchir et d’amener la communauté juive à une approche critique de « l’État juif d’occupation». C’est une illusion qui ne se deviendra jamais réalité, en raison aussi de la politique officielle. „La sécurité d’Israël comme raison d’Etat allemande“ signifie également que les Allemands tolèrent le nettoyage ethnique de la Palestine. « Ne pas se taire devant l’injustice » ! On en est loin ! Quiconque ne se tait pas devant les injustices d’Israël est sûr d’être qualifié « d’antisémite » !

Les critiques sont réduits au silence par le chantage exercé par le lobby pro-israélien 

Le lobby pro-israélien réussit toujours à réduire les critiques d’Israël au silence et surtout à mettre les politiciens et les médias au pas. Le lobby a besoin d’un ennemi déclaré pour détourner l’attention des crimes d’Israël contre les droits de l’homme. Islam = terrorisme, partisans du BDS = antisémites, quoi de mieux comme manœuvres de diversion ?

Le président du Conseil Schuster ne parle pas pour „les Juifs“, mais seulement pour „les Juifs du lobby“.

La chaine WDR a annoncé le 25.04.2020 que « des Juifs » exigent que Stefanie Carp soit destituée de son poste de directrice de la Ruhrtriennale. . Le président du Conseil central des Juifs et « vice-ambassadeur non officiel de l’État juif » en Allemagne avait déjà auparavant exigé le licenciement de Stefanie Carp dans différents médias.  Je m’étais dit « Oh, des Juifs exigent » ! Quels Juifs ? Certainement pas les Juifs antisionistes ni les nombreuses voix juives pour une paix juste ! Le président Schuster ne parle pas pour „les“ Juifs, mais seulement pour les „Juifs du lobby“ comme lui-même. En plus des innombrables et superflus „commissaires à l’antisémitisme“ qui ne font que du lobbying pour la politique meurtrière d’Israël, on pourra bientôt nommer M. Schuster inquisiteur en chef de la censure culturelle en Allemagne.

Pour quelle raison appelle-t-on à la destitution de la directrice ? Elle a, à nouveau, osé inviter un conférencier pour l’ouverture de la Ruhrtriennale qui, dans ses écrits, est aussi critique envers « l’État juif d’apartheid ». D’après M. Schuster, la liberté d’opinion ne s’applique évidemment pas quand il s’agit d’Israël. On doit empêcher cela par tous les moyens, y compris la diffamation d’un scientifique intègre mondialement connu, comme Achille Mbembe. Et ce M. Schuster n’a même pas eu honte de se ridiculiser aux yeux du monde avec ses accusations.

A l’affût de critiques de la politique israélienne afin de les dénoncer comme antisémites

Il serait donc temps d’exiger la démission de Schuster de son poste au Conseil central des Juifs car il n’a rien fait d’autre que d’agir en tant que porte-parole et deuxième représentant de « l’État juif » qui est toujours à l’affût de critiques de la politique israélienne pour les dénoncer comme antisémites. Le bon vieux dicton allemand « qui cherche trouve » décrit parfaitement ce Conseil central et son président. Ce président est comme un limier qui essaie toujours de flairer de nouveaux antisémites pour détourner l’attention des crimes quotidiens du régime de Netanyahou. Qu’importe qu’ils soient musulmans, intellectuels comme l’historien et politologue Achille Mbembe ou précédemment le spécialiste du judaïsme très estimé et directeur du  Musée juif de Berlin, Peter Schäfer, qui a démissionné en juin 2019 suite à une sale campagne de diffamation lancée par le gouvernement israélien et son bras long en Allemagne, le Conseil central. Schäfer, l’un des directeurs de musée les plus compétents d’Europe, en a tiré les conséquences pour „éviter de nouveaux dommages au Musée juif“. Je n’en ai pas cru mes yeux ! Nouveaux dommages ? Certainement pas par Peter Schäfer qui a été plusieurs fois dans le ligne de mire du Conseil central et de nombreux sayanim parce qu’il avait essayé de diriger un musée ouvert sur le monde qui ne reculait pas devant les questions controversées. Lorsque Schäfer a marqué un tweet comme « valant la peine d’être lu » dans lequel 240 scientifiques israéliens et juifs critiquaient vivement la décision du Parlement allemand de déclarer le mouvement BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) antisémitique, la coupe a été pleine.

Il faut tenir tête à ce Conseil central

A mon avis, la coupe a débordé maintenant, car la trainée de haine et les tentatives incessantes de restreindre la liberté d’expression devraient suffire pour tenir tête à ce Conseil central. Comme il manque d’arguments objectifs, il n’est pas prêt à permettre une discussion ouverte et critique sur « l’État juif » et essaie par tous les moyens de mettre les politiciens, les média et les fonctionnaires sous son influence et son contrôle.

Le Musée juif est également géré par le gouvernement fédéral et est une fondation d’intérêt public, plus précisément la « Fonsdation du Musée juif de Berlin » (« Stiftung Jüdisches Museum Berlin ») et a été ouvert en 2001. Peter Schäfer a succédé à W. Michael Blumenthal à la direction du musée. Cilly Kugelmann, longtemps directrice de programme et adjointe du directeur a aussi quitté son poste en 2017 et a plus tard qualifié la campagne contre Peter Schäfer de harcèlement.

Mbembe et Carp, dernières „victimes“ du Conseil central des Juifs

Les cas actuels d’Achille Mbembe et de Stefanie Carp en tant que dernières „victimes“ du Conseil central des Juifs grâce au commissaire à l’antisémitisme Klein et au président du Conseil central Schuster sont des exemples parfaits d’intrigues. Après cette critique injustifiée, propagée et mise en valeur dans toutes les rubriques culturelles allemandes grâce à de très bons contacts dans les médias, le coronavirus est arrivé à point. La Ruhrtriennale a d’abord été annulée pour cette année puis la directrice a été limogée et son contrat n’a pas été prolongé, comme le souhaitait « l’ami d’Israël », le Premier ministre Laschet (de Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Ainsi, on a fait à nouveau d’une pierre deux coups. Qui sera la prochaine « victime » et pour quelle raison ?

A la fin de commentaire, je donne une liste des interventions de lobbying pro-israélien menées par le Conseil central et conseille aux lecteurs d’en prendre bonne note. Parmi les liens, je cite aussi en premier la brochure « Meinungsfreiheit bedroht » (La liberté d’opinion menacée) d’Annette Groth et Günter Rath que tout le monde devrait commander. . (1)(2)(3)(4)(5)(6)(7)

Les critiques d’Israël doivent craindre le Conseil central

Alors que l’AfD continue de prouver qu’elle est „amie des Juifs“, fermement du côté d’Israël, et peut poursuivre ses activités racistes et islamophobes en toute tranquillité, les critiques d’Israël doivent craindre le Conseil central qui réussit toujours à faire passer l’antisionisme et la critique d’Israël pour de l’antisémitisme alors que ce sont « trois paires de manches » comme l’a remarqué à juste titre Moshe Zuckermann.  Le Conseil central ne possède apparemment qu’une paire de manches, entre-temps usées, qu’il porte quotidiennement !

En ces temps de coronavirus, les dépenses militaires de l’Allemagne ont augmenté de 10%

Même en ces temps de coronavirus où il y a pénurie de matériel médical, l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm Sipri a publié le 27 avril les derniers chiffres. Il en résulte que les dépenses militaires de l’Allemagne ont augmenté de 10% et la ministre de la guerre Kramp-Karrenbauer projette même d’acheter de nouveaux bombardiers américains F-18  qui peuvent aussi être équipés d’armes nucléaires.  La pression des États-Unis et de l’OTAN produit son effet. L’Allemagne est désormais classée septième au monde et dépense actuellement 49,3 milliards de dollars US pour la „défense“. Nous avons dépassé la Grande-Bretagne et le Japon, et tout cela parce que les politiciens „russophobes“ voient déjà les « Russes à nos portes » comme se l’imagine l’Allemand moyen ou parce que la sécurité de l’État occupant juif doit être raison d’État allemande. Avec toutes les conséquences ?  Cela vaut la peine d’y réfléchir et de protester pacifiquement contre cette situation !

Le nouveau „régime d’urgence“ prévoit en commun l’annexion des terres palestiniennes

Le nouveau régime Netanyahou/Gantz profite de la crise du coronavirus pour former un comité pour son vol de terres, sans la participation des Palestiniens et de la communauté internationale : il doit faire avancer l’annexion prévue des terres palestiniennes que le nouveau « régime d’état d’urgence » du Likoud, de Bleu et Blanc et du parti travailliste ( !) projettent en commun pour juillet prochain.

Ce régime ne veut pas la paix, mais seulement un « État juif d’apartheid »

Quiconque espérait encore une étincelle de désir de paix de la part de ce régime devrait définitivement avoir perdu ses illusions. Ce régime ne veut pas la paix, mais seulement un État juif d’apartheid ! Un pays sans sa population autochtone. Ce gouvernement annonce sans le moindre scrupule ses projets, qui n’ont plus rien à voir avec le droit international ou les droits de l’homme. Ce n’est pas le coronavirus qui est un état d’urgence dans « l’État juif » mais c’est ce « gouvernement d’urgence » qui crée un état d’urgence pour le peuple palestinien. On dit qu’une nouvelle carte judaïsée est en train d’être réalisée. Netanyahou et Gantz profitent de la pandémie pour mettre leurs plans d’annexion en œuvre ´sachant que, grâce au virus, les Palestiniens sont encore plus impuissants dans ces temps où ils manquent vraiment de tout. Le Conseil central des Juifs devrait se manifester et prendre ses distances de ces crimes : il rendrait alors service aux « Juifs » et se montrerait digne d’un organisme public. Mais,de cette manière – en tant que gouverneur des régimes sionistes respectifs – il devrait être remis fermement à sa place et on devrait exiger sa démission – tant que « sa voie est pavée de cadavres ».

Notes :

(1)

http://www.worldcitizens.de/content/news/eintraege/groth_rath_meinungsfreiheit_bedroht_2017.php

(2)

https://www.antikapitalistische-linke.de/wp-content/uploads/2018/09/AKL-Papier-agroth-1.pdf

(3)

https://www.pro-medienmagazin.de/gesellschaft/gesellschaft/2019/12/14/schuster-warnt-vor-antisemitismus-von-rechten-und-muslimen/

(4)

https://taz.de/Debatte-Goettinger-Friedenspreis/!5574860/

(5)

https://meedia.de/2017/06/08/zentralrat-der-juden-fordert-umstrittenem-antisemitismus-film-zu-zeigen-arte-und-wdr-sind-dagegen/

(6)

https://www.infosperber.ch/FreiheitRecht/Menschenrechte-Redefreiheit-Israel-Lobby

(7)

https://nirit.de/wp-content/uploads/2018/11/AT-alle-Seiten-01.11.18.pdf

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: