• Kommentar vom Hochblauen

    Ein moralisches Angebot! Von Evelyn Hecht-Galinski

    Kommentar vom Hochblauen Bild-bdsmovement   Ein moralisches Angebot! Von Evelyn Hecht-Galinski Nachdem sich 50 ehemalige europäische Spitzenpolitiker endlich zur Kritik aufgerafft haben und einen Aufruf gegen Trumps „Nahost-Peace-Plan“ mit zu unterschreiben, fällt auf, das alle [lesen]
  • Kommentar vom Hochblauen

    Das Virus-Komplott Von Evelyn Hecht-Galinski

      Kommentar vom Hochblauen   Das Virus-Komplott Von Evelyn Hecht-Galinski   Seit das Corona-Virus weltweit tausende von Menschen infizierte, ist man zu Recht in Aufruhr. Allerdings sollten wir aufmerksam beobachten, welche dramatischen politischen Folgen daraus [lesen]

La criminalisation de la critique d’Israël et la tentative éhontée des politiciens d‘instrumentaliser l’Holocauste et Auschwitz Evelyn Hecht-Galinski Traducton Chrisitane Reynaud

 

La criminalisation de la critique d’Israël et la tentative éhontée des politiciens d‘instrumentaliser l’Holocauste et Auschwitz

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 29 janvier 2020

Texte original: http://sicht-vom-hochblauen.de/die-kriminalisierung-von-israel-kritik-und-der-schamlose-versuch-der-politik-den-holocaust-und-auschwitz-zu-missbrauchen-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction: Christiane Reynaud

 

Quand, cette semaine, les commémorations de la libération du camp de concentration d’Auschwitz par l’Armée Rouge ont lieu en Pologne et en Allemagne, un cercle juif-allemand se referme, exclut les Palestiniens et ne se réfère qu’aux mots du président fédéral Steinmeier: „Wir stehen an der Seite Israels“ (Nous sommes aux côtés d’Israël) et „Wir schützen jüdisches Leben“ (Nous protégeons la vie juive). Mais là se pose la question justifiée de savoir comment peut-on protéger la vie juive ici quand on se range nettement du côté d’un État d’apartheid et d’occupation comme le fait le gouvernement allemand? Cette politique ne met-elle pas justement la vie juive en danger? Rendons-nous vraiment service aux citoyens allemands de confession juive en en faisant globalement des sympathisants, voire des otages, des crimes contre le droit international et les droits de l’homme de „l’État juif“?

 

Les „gouverneurs“ juifs allemands du régime sioniste de terrorisme d‘État

Les Juifs allemands sont-il aujourd’hui si naïfs de fermer les yeux? Ou bien se sont-ils laisser prendre par la hasbara (propagande) israélienne inlassable qui veut les persuader que l’antisémitisme est devenu si fort qu’ils doivent „regarder où est la valise“, comme l’a formulé Schuster, le président du Conseil central des Juifs? Ne sont-ce pas précisément ces „gouverneurs“ juifs allemands du régime sioniste de terrorisme d’État qui essaient de rendre Israël attractif pour leurs coreligionnaires, en tant que „havre sûr seulement pour les Juifs“, comme le souhaite „l’État juif“?

Steinmeier a, non seulement, failli fondre d’humilité hypocrite à Yad Vashem mais il n’a pas eu honte de prier en hébreu au début de son discours, avec ces mots: „Gloire à Dieu de permettre que je sois ici aujourd’hui“ et d‘exulter servilement: „Quelle grâce, quelle faveur, de pouvoir vous parler ici, aujourd’hui, à Yad Vashem“.

Et pourtant, c‘est une faveur gaspillée! Si Steinmeier croit, avec la grande culpabilité allemande qu’il porte, dans „l’inspiration de la reconciliation“, pouvoir tout oublier ce qui se passe actuellement, il se trompe. Il a, lui aussi, ignoré lors de la cérémonie, que le camp de concentration de Gaza était tout près mais oublié. C’est effrayant comme l’histoire se répète! Non, il n’y a pas de tuerie industrielle à Gaza, mais „seulement“ une tuerie rampante. Si l’Allemagne voulait vraiment assumer sa responsabilité, il n’y aurait qu’une réaction à la formule „plus jamais ça“. Comme le pense Steinmeier, la responsabilité s’impose pour la République fédérale allemande depuis le premier jour. Si l’Allemagne voulait répondre à ses propres exigences et être à la hauteur de sa responsabilité historique, elle devrait le faire. Et cela implique aussi de ne pas fermer les yeux sur les souffrances des Palestiniens et sur l’occupation de la Palestine. Steinmeier avait-il oublié que le sol sur lequel il prononçait son discours „plein d’humilité“ était palestinien?

 

Système de paix par judaïsation  selon les conceptions de paix sionistes

Steinmeier était-il sincère quand il disait qu‘il était d’avis que dans „le choc d’Auschwitz“ le monde avait tiré des leçons et établi un système de paix fondé sur les droits de l’homme et le droit international? N’est-ce pas précisément „l’État juif“, aux côtés duquel nous nous rangeons, qui foule aux pieds ces droits de l’homme et le droit international et qui n’accepte qu’un système de paix  par judaïsation selon ses conceptions de paix sionistes?

Immédiatement après la cérémonie commémorative, la rencontre entre Pence et Netanyahou à l’ambassade américaine transférée à Jérusalem, où le „deal du siècle de Trump“ (plan de paix) pour Israël et la Palestine a été présenté, ne prouve-t-elle pas justement cela? Les Palestiniens n’existeront pratiquement pas, ni l’État qu’ils espèrent obtenir – tout à fait dans l’esprit de „l’État juif“! Grâce au consentement „généreux“ et sur demande de Netanyahou, le chef de l’opposition Gantz a aussi été invité à la Maison Blanche, ce qui équivaut à une humiliation, puisque Gantz, tout comme Netanyahou, s’était prononcé pour l’annexion de la vallée du Jourdain après le succès aux élections. Le „deal du siécle“ présenté mardi à Washington est en réalité „l’arnaque du siècle“. Que peut-il arriver de plus sur la voie de la solution finale de la judaïsation? Mais Steinmeier n’a rien remarqué de tout cela, trop occupé qu’il était par sa „glorification“ du Seigneur qui lui a permis de participer à ce spectacle.

 

Le président fédéral Steinmeier est d’un ridicule et d’une infamie sans précédents

Non, pour moi, Steinmeier qui d’ailleurs récita cette prière sans kippa, a été d’un ridicule et d’une infamie sans pareils, d’autant plus qu’il suit la tactique principale de dénigrer la critique d’Israël en tant que soi-disant antisémitisme croissant et à l’étouffer en prétendant „qu’un antisémitisme pur se cache sous une prétendue critique de la politique israélienne“. Alors là, critique d’Israël et pur antisémitisme, n’est-ce pas un peu primitif, Monsieur le Président? La critique d’Israël n’est-elle pas particulièrement importante à l’heure où ce pays tente de judaïser jusqu‘aux derniers vestiges de la Palestine, de rendre la vie des Palestiniens de plus en plus insupportable et d’en faire des prisonniers éternels dans leur propre pays ?

Oui, c’est toujours le même mal, selon les anciennes méthodes mais avec de nouveaux coupables, quand des gens s’élèvent au-dessus des autres et croient en avoir le droit parce qu’ils ont connu la souffrance. Vous, Monsieur Steinmeier, vous avez été si ému dans votre judéophilie que vous êtes tombé dans le piège de l’antisémitisme et avez mis les idées antisémites des extrémistes de droite qui, jusqu’à maintenant ont été trop peu prises en considération en Allemagne, dans le même panier que la critique si importante de la politique de „l’État juif“. Se ranger aux côtés d’un État qui bafoue tout ce qui est inscrit dans la loi fondamentale de l’Allemagne, n’est pas digne d’un président fédéral allemand, vous me faites honte et vous me dégoûtez.

 

Ronald Lauder: un particulièrement mauvais exemple de discours mensongers

Avons-nous besoin d’une journée commémorative de l’Holocauste avec, pour la plupart, des discours mensongers? A Auschwitz, un des pires exemples a été le discours de Ronald Lauder, le président du Congrès juif mondial, qui a en effet eu le culot d’abuser de cette commémoration et de faire appel à tous les États de ne plus soutenir cette „focalisation honteuse“ des Nations-Unies sur Israël, puisqu’aucun autre pays n’a été prêt à accueillir des Juifs dans leur détresse. Ils auraient établi une démocratie vivante, auraient accompli un miracle après l’autre et ce bien qu’ils auraient été obligés défendre leur existence quotidiennement comme aucun autre pays au monde. Et  c’est pour cette raison que l’ONU, les journalistes et même quelques politiciens condamneraient Israël. Rien qu’au cours des sept dernières années, l’Assemblée générale des Nations unies aurait adopté 202 résolutions condamnant des pays du monde entier. Sur ces 202 résolutions, 163 seraient dirigées contre Israël et seulement 39 contre d’autres États. 163 contre Israël, 39 contre le reste du monde!

„Nous savons tous que ces décisions sont absurdes“, dit M. Lauder. Non, elles sont justes et importantes. Le „ministre à cause d’Auschwitz“ a annoncé tout de suite qu’il allait s’engager en faveur de résolutions plus justes de la part des Nations unies envers Israël. Puis vint l’apothéose du discours de propagande de Lauder: „il est tout à fait clair que cet antisionisme obsessionnel est de l’antisémitisme“. Ce que le président du Congrès juif mondial a émis comme contrevérités dans son discours de hasbara, en plus à cette occasion, est un scandale. Après tout, „l’État juif“ est le seul État au monde qui, depuis des décennies, occupe illégalement et expulse un peuple et croit avoir le droit de son côté, à cause de l’Holocauste, de nier la critique, d‘ignorer les décisions de l’ONU et de continuer ainsi éternellement grâce à l’aide des États-Unis. Quiconque a des dirigeants aussi bornés que Lauder parmi ses cadres ne devrait pas être surpris d’être traité avec aversion. Non, Monsieur Lauder, l’antisionisme n’est pas de l’antisémitisme mais une conviction démocratique.

 

Pas de soutien de l’instrumentalisation de l’Holocauste!

Je n’ai trouvé vraiment émouvants que les discours prononcés lors de la commémoration du lundi 27 janvier à Auschwitz. Là, des anciens prisonniers ont parlé et ont raconté leurs souffrances. Au plus tard à ce moment-là, nous aurions dû  être conscients que l’Histoire se répète toujours. Ne doit-on pas toujours lutter contre la persécution et les assassinats de personnes innocentes, , seulement en raison de leur religion, de leur identité nationale ou de la couleur de leur peau? Mais nous ne devons pas non plus soutenir l’instrumentalisation de l’Holocauste quand l’État colonial judéo-sioniste fondé sur une idéologie raciste qui envoie au diable toute moralité et toute humanité, se livre à une discrimination raciale contre les Palestiniens, ce qui a mené directement de l’Holocauste à la Nakba. L’alliance occidentale a permis la Nakba, la catastrophe du vol de la Palestine et de l’expulsion de ses habitants, en réparation de ses propres manquements. On n’avait même pas essayé d’empêcher ces crimes et, au contraire, en a soutenu de nouveaux. Alors que le „Reich de 1000 ans“ avec ses atrocités n’a duré que 6 ans, les crimes sionistes vont bon train depuis des décennies, soutenus par la „communauté de valeurs judéo-chrétienne hypocrite“.

On se précipita „humblement“ et suivit l’invitation du régime de Netanyahou à la cérémonie commémorative pour Auschwitz, sans jeter un regard sur le mur de l’apartheid, on continua à nier la souffrance des occupés, la discrimination raciale, les nettoyages ethniques et les expulsions – et ce qui se passa quelques kilomètres plus loin, à Gaza. Les cris et la misère aurait été un avertissement, précisément pour les participants de cette cérémonie de propagande. Mais on a raté cette occasion. Seul le régime judéo-sioniste a pu commémorer les souffrances passées, mais non sans se servir de cette cérémonie pour faire une sale campagne contre l’Iran. Ce que Netanyahou, Pence et Rivlin ont, dans ce contexte, avancé contre l’Iran était indigne. Non, l’Iran ne planifie certainement pas un holocauste, mais ce pays qui n’a encore attaqué aucun autre pays, a tout à fait le droit de se défendre, ce droit que „L’État juif“ revendique tout naturellement pour lui, Lorsque le président israélien Rivlin souligna encore que la communauté internationale devait former „un mur solide pour les droits de l’homme“, cela m’a laissée sans voix! Rivlin, l’ami de Steinmeier, selon un journal „défenseur des valeurs“, sera avec Steinmeier à Auschwitz et viendra après directement à Berlin avec l’avion présidentiel. Mercredi, après un banquet officiel et une rencontre avec Merkel, il prononcera le discours commémoratif de cette année devant le Bundestag allemand à Berlin,  à l’occasion de la Journée pour les victimes du national-socialisme. Quelle décision malencontreuse de laisser parler précisément le plus haut représentant d’un État qui représente exactement ce qui est méprisable. De qualifier de „défenseur des valeurs“ Rivlin qui soutient un „Grand Israël“ (et qu‘il va, semble-t-il, bientôt obtenir) et qui refuse un État palestinien, montre bien ce qu’il faut penser de telles „valeurs“.

A Berlin, on subnergea Rivlin de salutations. Le président du Bundestag Wolfgang Schäuble exigea de faire plus contre l’antisémitisme. Il fit clairement référence à „notre“ Loi fondamentale: „La dignité de l‘être humain est intangible“. Nous devons la défendre tous les jours et pas seulement lors des cérémonies de commémoration. C’est certes vrai, Monsieur Schäuble, mais cela n’est-il pas aussi valable pour les Palestiniens et leur dignité intangible?

 

Visites de propagande obligatoires dans „l’État juif“?

Mardi, quand la visite officielle commença, Rivlin rendit visite avec Steinmeier au lycée juif Moses Mendelssohn et somma les élèves de visiter Israël, le mémorial de l’Holocauste Yad Vashem et des camps de concentration. Steinmeier qualifia cela de complément nécessaires à l‘enseignement scolaire. Donc, après les visites obligatoires de camps de concentration, viendront des visites de propagande obligatoires dans „l’État juif“, naturellement sans les territoires illégalement occupés ni Gaza. C’est cela les „voyages de valeurs allemandes“? Il a, ensuite, rendu visite à la „ministre de la guerre“ Kramp-Karrenbauer qui était déjà avide d’intensifier la coopération militaire avec le président de „l’État juif“. Les soldats de l’armée fédérale vont-ils bientôt faire leur service dans les territoires occupés, selon les directives de la „raison d’État allemande“ pour y tenir les Palestiniens en échec, s’il y avait des émeutes à cause du „deal du siècle“?

Steinmeier, ne devrait-il pas plutôt, en souvenir d’Auschwitz, encourager les Allemands qui refusent la politique d’occupation et se solidarisent avec le peuple palestinien pour le protéger contre un nouveau génocide et une expulsion définitive? Non, on ne le répétera jamais assez: l’Holocauste ne justifie pas le soutien des torts historiques incessants auxquels les Palestiniens sont soumis jusqu’aujourd’hui. Auschwitz et la Nakba sont intrinséquement liés. Ce sont les leçons d’Auschwitz qu’il faut enfin tirer, 75 ans après la libération.

Quand les Églises et le Pape François commémorent la libération et sont conscients de „l’histoire de leur culpabilité“ et qu’ils prononcent la belle phrase „L’indifférence n’est pas acceptable“ une nouvelle culpabilité se crée s’ils sont indifférents aux souffrances des Palestiniens. Oui, c’est le même mal qui sévit en Palestine, aux yeux de tous, et une fois de plus avec le soutien de l’Allemagne. C’est une honte que précisément Maas, le „ministre à cause d’Auschwitz“, s’inquiète de savoir si l’Allemagne est toujours un foyer pour les personnes de confession juive, et que la ministre d’État à la culture Grütters fasse la proposition d’un ridicule et d’une stupidité sans pareils, de porter, une journée, par solidarité, l’étoile de David qui n’est pas seulement pour les personnes en Palestine occupée un symbole d’oppression. Si le commissaire à l’antisémitisme pour la „vie juive“ stigmatise la critique d’Israël d’antisémitisme et fantasme qu’il augmente, cela ne correspond pas à la réalité. Selon la constatation du Prof, Wolfgang Benz, historien et chercheur sur le thème de l’antisémisme, le débat sur l’antisémitisme, enflé par les médias, fait oublier de nouveaux problèmes. Il a tapé dans le mille. Et Avi Primor,l’ancien ambassadeur israélien en Allemagne, ne voit pas non plus une augmentation de l’antisémitisme. Mais en réalité il y a une augmentation de la critique de citoyens allemands à l’égard de la politique de „l’État juif“ et elle ne vient pas de l’AfD qui se range fermement aux côtés des Juifs et de l’État juif, mais elle vient de citoyens démocratiques qui ont pris Auschwitz à coeur, en ont tiré les leçons et ne sont pas indifférents. Nous devons et pouvons en être fiers.

 

L‘’ONU du côté des partisans de la campagne non-violente BDS

Nous pouvons nous sentir confortés par le fait que l’ONU est de notre côté: elle a récemment critiqué la „résolution minable du Bundestag sur l’antisémitisme“ qui restreint la liberté d’expression, en particulier lors des manifestations de partisans de la campagne non-violente BDS. Où et dans quel grand journal a-t-on pu lire cela à un endroit bien en vue? Ça suffit avec la criminalisation éhontée de la critique d’Israël!

 

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: