Sicht vom Hochblauen

Evelyn Hecht-Galinski

Sioniste, tu as vole la Palestine, rends-la! Evelyn Hecht-Galinski Traduction Christiane Reynaud

Sioniste, tu as volé la Palestine, rends-la!

 

Evelyn Hecht-Galinski

Commentaire du 31 juillet 2018

Texte original : http://sicht-vom-hochblauen.de/zionist-du-hast-palaestina-gestohlen-gib-es-wieder-her-von-evelyn-hecht-galinski/

Traduction: Christiane Reynaud

 

 

 

Non, on ne peut pas mettre l’Histoire sous l’étouffoir : à long terme, toute tentative est vouée à l’échec. Et cela, même si « l’État juif » entretient « l’office de camouflage » le plus efficace, le mystérieux service de sécurité du « ministère sioniste de la guerre » pour le « blanchissement aux couleurs d’Israël ».

https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-how-israel-systematically-hides-evidence-of-1948-expulsion-of-arabs-1.7435103

On veut, à nouveau, faire une affaire confidentielle des documents sur le nettoyage ethnique de la Palestine, des preuves d’expulsions, de déportations d’environ 800.000 Palestiniens, des massacres, des viols, des expéditions criminelles et des destructions par « l’armée de défense juive » sur le chemin meurtrier de la judaïsation. C’est grâce au journal israélien Haaretz que cette tentative de faire disparaître depuis de longues années la Nakba (la catastrophe) dans des archives secrètes, a été découverte.

https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/wie-israel-berichte-ueber-massaker-an-palaestinensern-nachtraeglich-sperrt-16301027.html

 

« L’Etat juif » définitivement démasqué en tant qu’État d’apartheid

 

Selon Haaretz, un groupe d’organisations de la société civile, d’historiens et d’archivistes ont sommé le Premier ministre Netanyahou de donner l’ordre à l’actuel chef du service de camouflage Malmab Nir Ben Moshe de mettre fin à la politique de cette administration et donc au camouflage, et de donner immédiatement libre accès aux documents ou de rendre ceux qui ont déjà été enlevés pour préserver un dernier semblant de démocratie. Cette administration cause des préjudices graves à toute recherche historique. Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que cet État se ravise: au contraire, il s’efforcera comme d’habitude de discréditer les chercheurs et les scientifiques gênants. C’est une tentative directe d’effacer la Palestine pour toujours et une tentative de plus de garantir à jamais la prétention exclusive du « peuple juif élu ». Cette prétention est tout aussi hypocrite et illégale que la loi de l’État-Nation qui démasque  définitivement « l’État juif » comme État d’apartheid.

 

Ne pas falsifier exclusivement du point de vue sioniste

 

De même que la prétention exclusive de Jérusalem comme capitale éternelle et indivisible de « l’État juif » ne pourra pas durer, il sera aussi impossible de falsifier à long terme l’histoire du point de vue sioniste. Le pillage des archives de l’OLP en 1982, le transfert d’une partie des documents vers Israël ainsi que le raid et le pillage de la maison d’Orient à Jérusalem-Est ont déjà été des tentatives de se débarrasser de ses propres crimes de guerre et de sa propre culpabilité – toujours sous prétexte des intérêts sécuritaires de « l’État juif ».

 

Même des citoyens juifs sont dénigrés en tant qu’antisémites

 

Que même Yehel Horev, l’ancien directeur du Malmab, qui a dirigé ce service jusqu’à 2007, justifie le camouflage en invoquant la sécurité de l’État qui peut aussi avoir un effet sur la politique extérieure, correspond exactement à ce pays qui se qualifie « d’unique » démocratie au Proche-Orient, mais prouve constamment qu’il est de plus en plus loin de satisfaire à cette prétention. Un pays basé sur la destruction et la violation permanente du droit international, qui dénigre toute critique à sa politique en tant qu’antisémite et qui, entre-temps, diffame même des citoyens juifs comme antisémites, ce pays a perdu tout droit à être reconnu et soutenu.

 

La Nakba, sujet explosif

L’expulsion des Bédouins qui se poursuit jusqu’aujourd’hui, est un sombre chapitre dans l’histoire de la fondation de l’État. Il est, bien sûr, absolument impossible d’effacer tous les documents, les livres et les études écrits sur ce sujet. Il ne reste donc que la hasbara (la propagande) encouragée par l’État et scientifiquement accompagnée, pour trainer ces écrits dans la boue sioniste comme étant indignes de confiance et non véridiques. Apparemment, ce n’est qu’après la publication de nombreux ouvrages historiques sur la Nakba que l’on a remarqué quelle substance explosive ils contenaient et comment le public y réagissait.

Méthodes sionistes du régime de terrorisme d’État

Ce sont les méthodes sionistes habituelles avec lesquelles ce régime de terreur d’État veut faire disparaître ultérieurement ses crimes et massacres avérés dans le nirvana sioniste. Pratiquement pas d’autres historiens n’ont décrit ou ne décrivent ces événements avec autant d’insistance qu’Ilan Pappé l’a fait et documenté historiquement pour l’éternité: ce n’est pas étonnant que le lobby pro-israélien lui soit si hostile. En effet, tant de détails sur les faits dissimulés de la fondation de l’État sont difficiles à supporter.

Depuis longtemps, le mythe du sionisme propre est devenu une farce. Aujourd’hui encore, règne la peur que plus de détails encore inconnus soient publiés et provoquent des troubles et des émeutes. Et pourtant, ce serait si simple de faire enfin table rase et d’assumer la responsabilité de sa culpabilité.

L’Holocauste est obligatoirement en relation avec la Nakba

 

Au lieu de cela, on met toujours la faute sur l’Holocauste et son caractère unique. Mais comment peut-on voir l’Holocauste sans une relation avec la Nakba ? La fondation de l’État et l’expulsion massive des Palestiniens ne doivent-elles pas également être considérées comme une triste conséquence de l’Holocauste ? C’est le caractère unique de cette fondation de l’État sioniste aux dépens du peuple palestinien, avec la tentative de faire disparaître la Palestine pour faire briller l’État juif. La manière dont Israël a réussi à effacer les villages palestiniens, toutes les traces culturelles, la langue et l’identité palestiniennes, est d’une perfidie sans égale. Oui, « l’État juif » est le champion de la judaïsation aux dépens d’un autre peuple. On a fait sauter des maisons sans pitié pour les familles qui n’ont plus d’abri. L’empathie était et est un mot étranger pour ces destructeurs juifs quand ils parachèvent  leur œuvre sioniste.

 

Deir Yassin, comme beaucoup d’autres massacres et, d’ailleurs, comme toute la Nakba, est jusqu’aujourd’hui resté impuni. La tentative de tout faire oublier en dissimulant a déjà définitivement échoué. C’est grâce à des organisations israéliennes comme Zochrot que les traces de villages et d’habitants palestiniens n’ont pas été oubliées. Quand les nationaux-socialistes essayèrent de rendre l’Allemagne « libre de Juifs » pour faire de la « race aryenne » la seule représentante des « Allemands bio », ce fut une tentative d’anéantir une communauté religieuse. De la même manière dont on se souvient encore aujourd’hui de cet anéantissement, il est temps de commémorer enfin le souvenir des expulsions systématiques de la Nakba. Aujourd’hui, des politiciens allemands font sans cesse des pèlerinages à Yad Vashem, le mémorial pour les millions de Juifs assassinés, sans s’intéresser au fait que cet endroit aussi était une terre palestinienne et fut un lieu d’horreur pendant la Nakba.

 

Seul le chemin de la mémoire conduit à un nouveau départ

L’insouciance avec laquelle on oublie est sans précédent et devrait faire honte précisément aussi aux citoyens juifs et à leurs aides judéophiles et les inciter à réfléchir et à réviser leur manière de penser. Comment peut-on commémorer le souvenir d’une culpabilité en en oubliant une autre ? En effet, seul le chemin de la mémoire conduit à un nouveau départ.

Quand la communauté internationale se rendra-t-elle enfin compte du mal qu’elle fait en soutenant cet État juif d’apartheid ? Cet État qui, de plus, possède des armes nucléaires et les pires nouveaux systèmes d’armement et qui, grâce à l’aide américaine et européenne devient de plus en plus dangereux pour les États voisins comme le Liban, la Syrie et l’Iran, doit enfin être soumis à des sanctions. Car, n’oublions pas que ce n’est pas l’Iran qui menace Israël mais le régime de Netanyahou et ses aides américains qui menacent l’Iran pacifique.

Il est impossible d’effacer l’Histoire

Le passé historique et les crimes de guerre peuvent être dissimulés pendant un certain temps, mais ils ne peuvent pas disparaître. Une „révision“ de son histoire est impossible, et l’Etat d’Israël n’a aucune base légale pour cette action. Mais cet État est-il encore prêt à se soumettre à la loi ? Sûrement pas, car le droit et la démocratie ne sont pas compatibles avec le sionisme et l’État juif qui ne fait rien d’autre que de masquer la vérité historique et de se construire un mensonge approprié pour la gloire juive. Mais les mensonges et les diffamations ne mènent pas loin et les sionistes qui ont volé la Palestine devront la rendre.

 

 

Hinterlasse jetzt einen Kommentar

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.


*


%d Bloggern gefällt das: